Les fauconneaux de l'Eglise de Dottignies prendront leur envol dans trois semaines

Les deux fauconneaux ne quitteront pas le nid avant plusieurs semaines. Leur nourriture se compose essentiellement de lambeaux de chair de proies ramenées par les parents (le plus souvent des pigeons).
Les deux fauconneaux ne quitteront pas le nid avant plusieurs semaines. Leur nourriture se compose essentiellement de lambeaux de chair de proies ramenées par les parents (le plus souvent des pigeons). - © Webcam Live faucon Mouscron

Depuis le 3 mars, il est possible d'observer la vie quotidienne d'un couple de faucons pélerins nichés depuis 2 ans dans le clocher de l'église de Dottignies: la cellule environnement et le service informatique de la ville de Mouscron ont eu la bonne idée d'installer une webcam dans le clocher, grâce à laquelle on peut observer 24 heures sur 24 la vie de ce couple. http://www.mouscron.be/ma-ville/administration/environnement/nature/faucon-webcam/live-faucon-mouscron

Un couple qui élève à présent deux bébés, des fauconneaux, que leur duvet blanc rend particulièrement mignons. En quelques semaines, ils sont devenus presque aussi grands que leurs parents et leur duvet va commencer à laisser la place à un plumage plus foncé, à dominante brune, jusqu'à ce que les fauconneaux soient prêts pour leur premier vol, d'ici trois semaines environ.

Dès qu'ils seront prêts à commencer à chasser par eux-mêmes, les parents ne devraient plus les nourrir et laisser les jeunes se débrouiller pour attraper leur nourriture. Le rapace est reconnu comme l'oiseau le plus rapide au monde, sa vitesse, quand il fond sur sa proie en piqué, peut atteindre les 200 kms/h (et même 400 kms/h selon la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux). En général, l'impact à lui seul suffit à tuer la proie que le faucon pélerin convoite.
Après avoir quasiment disparu de notre pays il y a une trentaine d'années, le faucon pélerin s'est ré-installé chez nous, le plus souvent dans des édifices en hauteur. On en dénombrait il y a deux ans environ 150 couples.

Quant aux deux petits nés à Dottignies, il leur restera alors à passer le cap de l'hiver, sachant que le premier hiver serait fatal à plus de 70% des faucons pélerins de moins d'un an, selon la Ligue pour la Protection des Oiseaux.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir