Les entreprises de pompes funèbres françaises en colère contre Mouscron

Pour passer la frontière, les pompes funèbres françaises sont obligées de plomber le cercueil avec du zinc.
Pour passer la frontière, les pompes funèbres françaises sont obligées de plomber le cercueil avec du zinc. - © Flickr – Fred William Dewitt

De nombreux Français résident à Mouscron, notamment dans les maisons de repos. A leur mort, ceux-ci sont souvent rapatriés dans leur pays d'origine. Mais depuis le 1er janvier 2013, la taxe imposée aux corbillards pour le passage de la frontière a très fortement augmenté.

De 50 euros à 210 euros... Du jour au lendemain, la ville de Mouscron a donc multiplié par quatre le montant de cette taxe. "On a complètement oublié le côté humain, la tristesse, regrette Philippe Six (propriétaire des pompes funèbres du même nom dans le Nord-Pas-de-Calais). Il n’y a que l’aspect financier qui compte."

La nouvelle réglementation mouscronnoise contraint désormais aussi les pompes funèbres françaises à plomber le cercueil avec du zinc avant le passage de la frontière. Tout cela allonge les délais et alourdit les coûts. C'est ce que dénoncent les entreprises de pompes funèbres françaises. "Le souci, c’est que nous – en France – on n’a pas le droit de dézinguer. Une fois que l’on a mis un défunt dans son cercueil avec le zinc, on doit faire une demande auprès de la préfecture pour que le préfet nous donne l’autorisation de dézinguer devant la police".

Mais la ville de Mouscron assume: son règlement ne ferait en fait que rétablir une certaine équité. "Les Français râlent beaucoup mais je pense que les pompes funèbres belges sont très contentes de la procédure, répond Alfred Gadenne (bourgmestre de Mouscron). Ce n’est jamais agréable de payer mais je pense que les choses sont à leur juste mesure. Les procédures sont identiques."

Et l'enjeu est loin d'être anecdotique. L'an dernier, sur 900 décès enregistrés sur le territoire de Mouscron, 138 corps ont été transférés vers la France.

Sarah Libbrecht, Jérôme Durant

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK