Les électeurs de Tongrinne privés de tracts électoraux

Les électeurs de Tongrinne privés de tracts électoraux
Les électeurs de Tongrinne privés de tracts électoraux - © Monika Wachter - RTBF

Si certains se plaignent de l’abondance de tracts électoraux à l’approche des communales de ce dimanche, ce n’est certainement pas le cas des habitants du village de Tongrinne, dans la commune de Sombreffe. Depuis deux semaines, les boites aux lettres du village restent dépourvues de communications électorales. Pourtant, les candidats des diverses formations n’ont certainement pas boudé Tongrinne.

Cette situation fait naturellement grincer les dents du monde politique local. Laurette Henne-Dumont de la liste MR-IC a envoyé ses tracts via un service professionnel, il y a trois semaines. Ils auraient dû être arrivés depuis deux jours: "J’ai dépensé 800 euros pour 3500 tracts et les gens vont tout recevoir en dernière minute. Les citoyens ne seront pas bien informés avant de choisir, ça pose un problème de débat démocratique, surtout que les autres villages de la commune, eux, ont reçu les leurs".

Toutes les listes semblent concernées par le problème. Catherine Keimeul-Putteneers, deuxième sur la liste du bourgmestre, habite Tongrinne, "on s’étonnait de ne rien recevoir, mon mari a interrogé le facteur qui lui a dit que ça arriverait mardi, pourtant toujours rien". La candidate redoute surtout que les tracts arrivent après le scrutin, "C’est jeter de l’énergie et de l’argent par les fenêtre. La mise en page, l’impression, en plus de la distribution, ça me revient à environ 750€. Si j’avais su, je les aurais porté moi-même."

D’où vient le problème ?

Manifestement, c’est au niveau de B-Post que ça coince. A Tongrinne, le flou demeure sur l'explication, les habitants parlent de facteurs en congé maladie. La porte-parole de B-Post, Barbara Van Speybroeck, nous précise qu’"avec les diverses actions syndicales de la semaine passée, on a rencontré des problèmes de plannings, particulièrement mercredi, jeudi et vendredi dernier. Un manager s’est rendu sur place matin pour évaluer la situation. On peut désormais affirmer que tout arrivera d’ici à vendredi".

Avec du retard, certes, mais toutes les communications électorales devraient donc arriver à bon port, en temps et en heures, ce que souhaite ardemment tous les candidats. Valérie Laporte, présidente du CPAS et tête de liste Ecolo: "C'est embêtant mais s'ils les reçoivent finalement fin de semaine, ils auront l'information et c'est ça qui compte. Et puis lorsqu’on en reçoit tous les jours, ça agace donc même si c'est une grosse masse d'un coup, ce n’est peut-être pas plus mal".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK