Les écoles sont exposées à la pollution automobile

Des oxydes d'azote, de la suie, des particules fines... des pics de pollution automobile sont mesurés aux heures de pointe aux abords des écoles.
Des oxydes d'azote, de la suie, des particules fines... des pics de pollution automobile sont mesurés aux heures de pointe aux abords des écoles. - © Flickr Pittou2

L'Institut scientifique de service public (ISSEP) a installé durant trois mois des stations de mesures sur le trottoir devant une école fondamentale de Wépion (Namur), ainsi que dans un local situé à l'intérieur du bâtiment. Plusieurs types de polluants automobiles ont été mesurés : les oxydes d'azote, la suie et les particules fines.

"Les jours d'école, explique Guy Gérard, responsable de l'étude, nous avons enregistré des pics de pollution aux heures de pointe, vers 8 heures du matin. Des niveaux jusqu'à cinq fois supérieurs à ceux mesurés les jours de congé. Ces pics sont également mesurés à l'intérieur de l'école, mais de manière atténuée." 

Couper son moteur

Heureusement, à l'intérieur comme à l'extérieur, les niveaux de pollution ne dépassent pas les limites légales tolérées par la loi. Mais l'étude suggère tout de même qu'un effort de prévention est nécessaire : privilégier autant que possible les modes de transport doux (vélo, marche, transport public...) et ne pas laisser tourner inutilement son moteur devant une école ou une crèche.

 "Cette étude, ajoute Guy Gérard, a porté sur une école située à Wépion, en zone semi-rurale, relativement épargnée par la pollution ambiante de la ville de Namur tout proche. Il serait intéressant de réaliser les mêmes mesures pour une école située en ville."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK