Les dix ans des sens uniques limités fêtés par les cyclistes de Charleroi

Dix ans de SUL en Belgique
Dix ans de SUL en Belgique - © Gracq

Le Gracq de Charleroi, le Groupe de Recherche et d'Action des Cyclistes au Quotidien, a fêté les dix ans de la mise en service des SUL, les sens uniques limités. Et, pour ce faire, ses membres ont organisé une action ce dimanche dans la Ville.

Les sens uniques limités sont ces rues à sens unique dans lesquelles les cyclistes, eux et uniquement eux, peuvent rouler dans les deux sens. Une loi fédérale permet en effet cette facilité depuis dix ans partout dans le pays. Mais certaines villes sont plus réfractaires que d'autres et c'est le cas de Charleroi dénonce le GRACQ.

Le week-end dernier, les cyclistes du groupe ont donc noué des ballons devant les 70 plaques de sens uniques de la ville qu'ils estiment pouvoir devenir des SUL. Des panneaux de remerciement accompagnaient la décoration festive et des dépliants contenant de l'information sur cet aménagement cycliste bien pratique ont également été distribués pour l’occasion aux usagers de la route.

Pour les membres du GRACQ, contrairement à une idée assez bien répandue surtout chez les automobilistes, les Sul ne sont pas dangereux. Les cyclistes qui s’y aventurent savent qu’ils doivent être prudents. Et les chauffeurs, s’ils sont un peu surpris la première fois, finissent vite par s’habituer à une situation à laquelle ils s’adaptent rapidement.

Selon Hélène Moreau, la responsable carolo du GRACQ, les autorités de Charleroi ne sont pas fermées à la discussion : " Nous sommes en contact régulier avec la Ville. Nous avons envoyé un dossier avec tous les SUL et les sens uniques existant à Charleroi. Nous y avons expliqué pourquoi à tel endroit, pour nous, il devrait y avoir un SUL ou pas. Car il y a en effet des endroits où cela ne peut pas s’appliquer. Ce dossier a été transféré à la police et nous espérons maintenant que la police va vraiment donner un avis positif par rapport à un grand pourcentage de notre demande. "

Christine Borowiak, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK