Les cours de sport ont pu reprendre à certaines conditions dans le secondaire

Les cours d’éducation physique peuvent reprendre depuis cette semaine dans le secondaire. Ils étaient interrompus depuis les vacances de Toussaint. Cette relance se fait sous conditions avec des normes sanitaires très strictes : pas de sport avec des contacts, cours en petit groupe, désinfection du matériel etc.

A l’institut Sainte-Marie de Châtelet, des élèves de rhétorique ont pu retrouver leur salle de gym avec au programme: du tennis de table et du badminton.

"C’est clairement un soulagement pour tout le monde", explique Pierre Franquin qui encadre les garçons. "En même temps, nous sommes soumis à une circulaire très stricte qui nous impose de ne prendre que dix élèves par enseignant et de prévoir 10 m2 pour chacun d’eux. Ça n’est pas simple à mettre en place !"

"C’est clair qu’il y a évidemment des contraintes", déplore sa collègue Cathy Villano. "Mais on n’a pas le choix et on a toujours su s’adapter. On ne part pas de rien: à la rentrée, nous avions pu donner cours et nous avions mis en place un protocole que nous pouvons appliquer à nouveau. On attend maintenant que la météo s’améliore pour pouvoir organiser des activités à l’extérieur !"

Vu les contraintes sanitaires, certaines écoles préfèrent encore attendre

A une quinzaine de kilomètres de là, le préfet de l’athénée Jourdan de Fleurus, Eric Thirion lui a préféré attendre avant de relancer les cours d’éducation physique : "C’est clairement très difficile d’appliquer toutes ces mesures sanitaires. Il faut prévoir notamment la désinfection des vestiaires. Et certaines activités ne sont tout simplement pas faisables. Nous avons par exemple la possibilité d’aller à la piscine mais on ne peut avoir que six élèves dans chaque couloir de nage. Se pose alors la question de la surveillance du reste du groupe qui ne peut pas nager à ce moment-là."

2 images
A l'athénée Jourdan de Fleurus, les cours de sport sont encore suspendus et remplacés par différentes activités comme des cours de secourisme © rtbf-Gregory Fobe

"Pour l’instant, il y a un certain flou et on a du mal à y voir clair !", explique Karim Boudoufte l’un des professeurs de sport. "Nous maintenons donc des activités en classe ; nous faisons passer pour l’instant un brevet de secourisme aux élèves. On voudrait idéalement qu’on fasse du sport à l’extérieur sans contact et sans partager de matériel. C’est très compliqué à mettre en place en milieu scolaire et ça demande de la préparation."

Dans cette école, une réflexion est en cours afin de préparer au mieux le redémarrage des cours d’éducation physique mais sans précipitation. Ici, on prévoit une phase de test la dernière semaine avant le congé de Pâques. La véritable relance est envisagée après les vacances du moins si les règles sanitaires ne changent pas encore d’ici là.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK