Qui sont-ils, pourquoi amassent-ils avec passion des objets? La réponse de 5 collectionneurs

Quand on s'adonne à la collection de boîtes en fer blanc comme Thérèse-Marie, on est buxidaferrophile
Quand on s'adonne à la collection de boîtes en fer blanc comme Thérèse-Marie, on est buxidaferrophile - © Pierre Wuidart

Buxidaferrophiles, canaroplastiquophiles, chionosphérophiles,..., cette liste de noms tarabiscotés englobe ces particuliers touchés par cette pratique quasi obsessionnelle consistant à amasser le plus grand nombre de spécimens qui s’articulent autour d’une même thématique. Les buxidaferrophiles sont les passionné(e)s de boîtes en fer blanc, les canaroplastiquophiles sont attiré(e)s par les canards en plastique, quant aux chionosphérophiles, ce sont les fans de boules à neige...  La liste est très, très loin d'être exhaustive mais, lors d'une foire aux collectionneurs à Tournai, nous nous sommes attardés auprès de cinq d'entre eux.  Il (et elles) se sont livrés sur leur passion.

Elle adore les boîtes

Premier exemple avec Thérèse-Marie de Froyennes, elle est buxidaferrophile, c’est-à-dire qu’elle collectionne les boîtes en fer.  Elle en possède plus de 4.000 de toutes les formes, de toutes le tailles et de toutes les couleurs.  Ecoutez Thérèse-Marie dans le reportage ci-dessous évoquer sa passion pour les boîtes métalliques.

Annie aime les Donald

Annie Huys habite dans l’entité de Pecq, à Esquelmesse.  Annie se présente comme Donaldophile en raison de sa passion pour les canards.  Une appellation un peu fantaisiste mais le seul véritable terme utilisé pour désigner les collectionneurs de ces oiseaux aquatiques ne concerne que les amateurs de canards en plastique qui sont appelés canaroplastiquophiles.

Un terme qui ne convient donc pas à Anne Huys puisqu’elle possède des canards en cuivre, en porcelaine ou en verre, comme elle l’explique elle-même dans le reportage ci-dessous.

 

Mylène a les boules

On peut dire de Mylène Samain qu'elle a les boules! Cette habitante de Blandain s’est en effet rendue récemment à une foire aux collectionneurs à Froyennes pour exposer une partie de sa collection de… 80 boules à neige.  Si vous voulez en connaître un peu plus sur sa passion, qui fait d’elle une…chionosphérophile, vous pouvez retrouver Mylène dans le reportage ci-dessous.  

Au bout du doigt

Fabienne Lamant de Taintignies collectionne, elle, les dés.  Elle en possède 400.  Pas les dés pour s’adonner aux jeux de hasard, non, les autres, ceux qu’on enfile au bout du doigt, pour la couture.  Les collectionneurs de ce type d’objets sont appelés digitabuphiles.  Mais Fabienne n’achète pas ses dés, elle se les fait offrir, et ils viennent d’un peu partout dans le monde comme elle l’explique dans le reportage ci-dessous.

André aime ce qui emballe

C’est un tournaisien qui va clore cette brochette de collectionneurs, son nom : André Deneubourg.   L’objet de ses recherches n’est pas monothématique, non monsieur est plutôt du genre serial addict.  Un petit point commun tout de même entre toutes ses acquisitions?  Oui, les dix mille (oui 10.000) objets qu’il a entassés pendant 40 ans tournent tous autour des produits de consommation.   En tout, une douzaine de marques de bouteilles, verres et emballages de toutes sortes.  On imagine le sourire de la personne à qui revient le privilège d’épousseter chaque semaine ces milliers de petits trésors…

Si la personne qui collectionne est, en soi, tout-à-fait inoffensive, vivre avec quelqu’un qui s’adonne à cette pratique demande parfois, souvent, toujours (biffer la mention inutile), beaucoup de compréhension à la, ou aux personnes cohabitantes: le temps et la place mobilisés par cette passion pouvant être, disons, quelque peu envahissants. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK