Les Bûûmdroegers et les Gardevils: deux acteurs indispensables à la tradition du Meyboom

A Bruxelles la tradition folklorique du Meyboom est très vivace, elle se déroule ce jeudi pour la 710ème fois. Parmi les participants, il y a quelques têtes connues : le bourgmestre Philippe Close et la députée-échevine Karine Lalieux (tous deux PS). Il est habituel que des élus locaux participent à cette fête, et la proximité d'un scrutin communal n'y change rien.

Escorté par la police, le Meyboom ("l'arbre de joie") a été réceptionné en fin de matinée devant l'hôtel de ville de Schaerbeek par les Gardevils en vareuse bleue. L'arbre a été fraîchement coupé le matin même dans le bois de la Cambre et chacun veut en garder une branche. Le Meyboom fait référence à la victoire des arbalétriers, placés sous la protection de Saint-Laurent, défendant Bruxelles de l'agression des Gantois en 1213. Mais ce n'est que bien après que la tradition de planter un arbre est arrivée, explique Alain Vandenheuvel, grand maître Bûûmdroeger ("porteur d'arbre") : "En 1308, le duc Jean de Brabant nous donne la charte nous permettant de planter l'arbre de Meyboom. C'est là qu'on a planté le premier arbre".

"On doit être bien sûr qu'il n'y ait pas de Louvaniste qui vienne piquer l'arbre"

Le Meyboom, c'est une tradition, un folklore avec ses compagnies. Parmi eux, les Bûûmdroegers en t-shirt rouge. Ce sont eux qui ont le privilège de parader dans Bruxelles avec l'arbre de joie, et de le planter. "Mon père est des Marolles, à Bruxelles. C'est pour lui aussi que je fait ça. Je n'en loupe aucun", déclare Alain Denaer, Bûûmdroeger depuis 13 ans.

Pour les accompagner, il y a les Gardevils, une compagnie créée en 2001 pour protéger l'arbre: "On doit être bien sûr qu'il n'y ait pas de Louvaniste qui vienne piquer l'arbre, qu'il n'y ait pas de roue pétée au camion : c'est pour ça qu'on est là pendant toute la journée", explique Fabrice Denaer, Gardevil.

Le Meyboom a arpenté les rues du centre ville de Bruxelles, il a été rejoint par d'autres compagnies pour être finalement planté à l'angle de la rue des Sables et de la rue du Marais peu avant 17h00, comme le veut la tradition.

Revivez la plantation du Meyboom 2018 via notre Facebook Live 

La séquence du JT de 19h30

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK