Les bâtiments passifs bruxellois intéressent New York

Un chantier de logements sociaux passifs à Ixelles.
Un chantier de logements sociaux passifs à Ixelles. - © RTBF

Une délégation en provenance de New York, Seattle et Vancouver (Canada) débarque à Bruxelles ce lundi. Elle aura à sa tête un représentant du maire de New York chargé de l'efficacité énergétique et du développement durable. Ces officiels viennent s'informer sur les mesures mises en oeuvre en région bruxelloise pour promouvoir le standard énergétique passif. Bruxelles joue en effet un rôle précurseur dans ce domaine.

Bruxelles compte actuellement environ 1 million de mètres carrés de bâtiments passifs construits ou en projet. Depuis cette année, tous les bâtiments neufs et toutes les rénovations lourdes doivent répondre au standard passif tel que défini dans l'ordonnance sur la PEB, la performance énergétique des bâtiments. Bruxelles ne fait certes que se conformer à une directive européenne, mais, en anticipant sa mise en œuvre de cinq ans, cela en fait un précurseur reconnu à l'échelon européen, et même mondial.

La Région bruxelloise a d'abord engagé la réflexion pour s'assurer que son ambition s'avérait raisonnable. Quand les entreprises du bâtiment et les architectes ont donné le feu vert, le gouvernement bruxellois a choisi la carotte plutôt que le bâton, via notamment l'opération "bâtiments exemplaires", qui prévoyait des primes pour les projets sélectionnés.

"Bruxelles sur la carte de la construction passive"

"Tous ces éléments ont contribué à mettre la région bruxelloise sur la carte de la construction passive en Europe", explique Marion Bandin, chargée de communication à l'asbl "plate-forme maison passive". En outre, la région bruxelloise offre la possibilité de visiter un vaste échantillon de bâtiments passifs, du résidentiel privé aux logements sociaux en passant par le tertiaire. Le tout sur un petit territoire. "Pour voir une telle variété de bâtiments en France, il faudrait parcourir l'ensemble du territoire", poursuit Marion Blandin.

La délégation américano-canadienne visitera notamment le nouveau siège de Bruxelles-Environnement, sur le site de Tour & Taxis. Avec ses 16 250 mètres carrés de surface brute au sol et ses 13 750 mètres carrés de bureaux, il incarne le plus grand immeuble administratif passif du pays. Ce n'est pas la première fois qu'une délégation étrangère s'intéresse au rôle de Bruxelles dans le domaine de la construction passive. Tout récemment, une délégation britannique a visité un chantier de construction de logements sociaux passifs à Ixelles.

P. Carlot

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir