Les déclarations de Maggie De Block sur les quotas réjouissent les associations d'aides aux réfugiés

Les associations d'aides aux réfugiés enthousiastes après les déclarations de Maggie De Block sur les quotas
Les associations d'aides aux réfugiés enthousiastes après les déclarations de Maggie De Block sur les quotas - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Six associations qui luttent pour l’aide aux réfugiés ont envoyé une lettre à Maggie De Block désormais en charge de l’asile et la migration.

Dans ce courrier, La Plateforme Citoyenne de soutien aux réfugiés, Médecins du Monde, le CIRé-Asbl, Médecins sans frontières, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, et le CNCD saluent la volonté de la ministre de réétudier la décision prise le 22 novembre dernier par l’ex-secrétaire d’état à l’asile et à la migration, Theo Francken. Il a limité le nombre de demandes d'asile à un maximum de 60 par jour puis et même 50 par jour par la suite.

Le 3 décembre dernier, les associations ont déposé un recours pour obtenir la suspension et l’annulation de cette mesure. Par le remaniement du gouvernement Maggie De Block devient en charge de l’Asile et la migration, elle montre lors de plusieurs interviews sa volonté de revenir sur cette décision. "La politique doit redevenir humaine", a-t-elle alors déclaré. 

Sotieta Ngo, directrice du ciré, l’ASBL de Coordination et Initiatives pour Réfugiés et étrangers, salue la déclaration mais demande l’organisation d’une rencontre avec la ministre: "Nous demandons qu’une solution soit prise très rapidement puisqu’il s’agit de personnes laissées à la rue, privées de la procédure d’asile et privées de tous les droits que cela entraîne. On parle ici d’enfants, de mineurs isolés non accompagnés qui se retrouvent à la rue ".

Mehdi Kassou, de la Plateforme Citoyenne se dit satisfait du départ des ministres N-VA du gouvernement : "Je pense que comme l’a dit Maggie De Block, qu’elle pourra, je l’espère, rapporter la dimension humaine que Theo Francken avait dû perdre de vue."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK