Les arbres carolos désormais répertoriés et mieux gérés

Cela ne saute sans doute pas aux yeux, mais à Charleroi, les 3/4 du territoire sont verts. Entre les parcs, les terrils, les jardins privés, la ville compte plus de 22 000 arbres. Tous ont été inventoriés, analysés et classés dans une base de données.

Luc Nadeau, ingénieur et expert forestier dans la région de Montréal, explique : ''Sur le terrain, nous avons décrit l’ensemble des arbres. Un par un. Leur essence, leurs dimensions, à quel endroit ils étaient situés, leur environnement, dans quel état de santé ils se trouvaient. Mais aussi les travaux à effectuer avec les priorités d’intervention sur un horizon de cinq ans. Il s’agissait en quelque sorte de préparer un plan d’entretien pour les cinq prochaines années.''

Chaque arbre a également été localisé par GPS. Puis encodé, avec sa fiche d'identité, dans un logiciel de gestion destiné à la ville de Charleroi.

Alain Eyenga, échevin de l'Environnement, estime que l'on ''ne peut pas avoir autant d’arbres sans se préoccuper de leur état sanitaire, de leur traitement et, surtout, de voir s’ils sont en état de capter autant de CO2 qu’il faut pour nous rendre une bonne qualité de l’air. Nos arbres piègent 100 à 125 tonnes de carbone par an. Ce n’est pas négligeable. Et s’ils étaient bien traités, leur rendement augmenterait de 5 à 15%.''

Dimension écologique, économique aussi : le patrimoine arboré de Charleroi est évalué à 10 millions d'euros. Il en vaudrait 10 à 20 % de plus si tous les arbres étaient correctement entretenus et élagués. 

Cédric Loriaux, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK