Les aides-ménagères retrouveront-elles leur travail après le confinement ?

Les  aides-ménagères ne reprendront le travail que lentement dans les mois qui viennent.
Les aides-ménagères ne reprendront le travail que lentement dans les mois qui viennent. - © Getty Images/Maskot

Privés de leur aide-ménagère, beaucoup de "confinés" ont redécouvert les joies du ménage depuis deux mois. Malgré le déconfinement qui s’amorce, un certain nombre d’entre eux vont poursuivre sur leur lancée. "Nous recevons effectivement de la part de nos clients beaucoup de demandes de rupture de contrat ou des demandes de réduction du nombre d’heures, constate Nathalie Garcia, directrice de Wallony Clean, une entreprise de titres services qui emploie un millier d’aides-ménagères. Je ne crois pas que les gens reprennent goût au ménage, enchaîne-t-elle en souriant, mais la période est difficile économiquement pour beaucoup de monde, et c’est une manière de faire des économies."

"On a déjà connu ça en 2008"

Difficile de mesurer l’ampleur et la durée du phénomène. Mais il ne surprend pas Arnaud le Grelle, directeur Wallonie-Bruxelles de Federgon, la fédération des entreprises de titres services : "On a connu le même scénario lors de la crise économique de 2008. Beaucoup d’utilisateurs de titres services avaient réduit le volume horaire à ce moment-là."

Selon Federgon, le secteur ne devrait pas retrouver son volume d’activité de 2019 avant la fin de cette année.

A ce jour, une aide-ménagère sur trois seulement a repris le travail, souvent chez une partie seulement de ses clients. "Ce qui est particulier dans notre secteur, explique Nathalie Garcia, c’est qu’il faut la volonté des deux parties. Parfois c’est le client qui n’est pas demandeur, mais parfois c’est l’aide-ménagère elle-même soit parce qu’elle n’est pas rassurée, soit parce qu’elle a un problème de garde d’enfants. Beaucoup de nos aides-ménagères sont des mères de famille qui élèvent seules leurs enfants."

Chez Wallony Clean, environ 300 aides-ménagères seulement sur 1150 ont repris le travail depuis une quinzaine de jours, après les vacances de Pâques. Nathalie Garcia ne s’attend pas à un retour massif cette semaine, malgré le début du déconfinement. "Ce sera plutôt après le 18 mai, quand les écoles rouvriront".

Nettoyer en respectant les distances sociales

Mais d’autres sociétés de titres services n’ont pas encore repris leurs activités. Cela varie d’un employeur à l’autre. "La société qui m’emploie me dit que la reprise n’est pas pour tout de suite, témoigne Sabine, une aide-ménagère de la région liégeoise. Une réunion est prévue vendredi avec les syndicats pour décider dans quelles conditions on peut reprendre le travail."

Comment organiser les tâches pour ne pas mettre la santé des aides-ménagères ou des clients en danger ? "Chez nous, c’est une décision qui se prend au cas par cas, explique Nathalie Garcia. Il faut que les conditions de distance sociale soient respectées : si le client occupe la maison ou l’appartement, il faut qu’il s’organise pour ne pas être dans la même pièce que l’aide-ménagère en même temps."

Dans cette entreprise en particulier, le Comité pour la prévention et la protection au travail a autorisé la reprise du travail des aides-ménagères moyennant le port obligatoire de gants, la fourniture de gel désinfectant pour les mains ainsi que le port d’un masque double couche fourni par l’employeur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK