Les agriculteurs ont manifesté à Plombières contre l'extension des zones vulnérables

Jusqu'à présent, la moitié de la Wallonie était en zone vulnérable. La conséquence pour les agriculteurs, c'est une possibilité limitée d'épandage de lisier, notamment à cause de la concentration en nitrate. Ces agriculteurs devaient donc exporter leur surplus de lisier en dehors de la zone. Avec l'extension de celles-ci à plusieurs dizaines d'autres communes, les coûts vont augmenter, d'autant que les agriculteurs des communes voisines ne pourront plus recevoir ces surplus. Exemple avec Christian Royen, agriculteur à Thimister-Clermont: "J'ai une partie de mon exploitation qui était déjà en zone vulnérable. Maintenant, avec l'extension de la zone, j'ai le reste des prairies que j'exploite qui vont se retrouver dans la zone".

"Les gens qui me prenaient du lisier dans les communes avoisinantes deviennent eux-mêmes excédentaires puisqu'ils passent en zone vulnérable" poursuit Christian Royen. "Ces personnes là vont donc devoir trouver elles-mêmes des personnes pour exporter. Elles auront le problème, et moi aussi".

Les coûts supplémentaires pour ces agriculteurs ne sont pas négligeables, comme l'explique Joseph Ponthier, président de la fédération wallonne de l'agriculture: "Ça représente un coût très très important. Pour une ferme moyenne ici dans le pays de Herve d'une cinquantaine d'hectares avec 50 ou 60 vaches, ça représente 4 à 5000 euros de coûts supplémentaires par année".

Le Collège communal de Plombières, commune qui entrera en zone vulnérable, va relayer ces remarques auprès du ministre Henri, à qui les agriculteurs demandent de revoir sa copie.

De son côté, Philippe Henry n'entend pas faire marche arrière. Il rappelle que l'élargissement des zones vulnérables nitrates est une obligation européenne pour protéger les eaux souterraines.   

Le ministre de l'environnement précise que des dérogations peuvent être accordées sous conditions et que les agriculteurs peuvent s'adresser à Nitrawal, la structure d'adaptation aux mesures de protection de l'eau.

 

O. Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK