Les 55 bus hybrides de Charleroi vont grever le budget de la zone en 2018

Les 55 bus hybrides de Charleroi vont grever le budget de la zone en 2018
Les 55 bus hybrides de Charleroi vont grever le budget de la zone en 2018 - © JOHN THYS - BELGA

Les bus hybrides sont, aujourd'hui, presque partout en Wallonie. S'ils sont bons pour la planète, ils ne le sont pas forcément pour le budget. 

C'est le cas à Charleroi où on note les coûts supplémentaires générés par ces 55 bus de nouvelles technologies. Selon certains, ils mettent le budget de la zone dans le rouge. 

Mais de combien ?

L’évaluation varie selon les observateurs. Toujours est-il que pour Philippe Charlier qui siège au conseil d’administration du TEC carolo, le contrat de gestion n’autorise pas le déficit. Mais on y est contraint, dit-il : "Ici, c'est une charge que l'on vient ajouter durant le contrat de gestion. A partir du moment où les règles ont changé parce qu'on ajoute une charge supplémentaire au texte, nous estimions qu'on aurait pu peut-être répartir cette charge différemment".   

Le TEC Charleroi se prémunit donc contre tout reproche. Et la Wallonne du Transport, elle, relativise. Le déficit sera léger, dit-elle, et le budget du TEC carolo sera autorisé à aller dans le rouge cette année. 

"Nous sommes quasi certains d'être à l'équilibre"

Mais pas plus d’un an, précise la SRWT, parce que sur une vie de bus, l’hybride, entre autres avantages, revient moins cher que le diesel. Stéphane Thiéry,  Directeur marketing : "Nous avons choisi cette technologie qui permet une solution sonore moins importante dans les villes et en plus, un impact environnemental beaucoup plus léger qu'un bus diesel. Mais nous sommes quasi certains qu'à la fin de la durée des bus nous serons au moins à l'équilibre".

Et il vaut mieux ! Le parc de bus hybrides wallons est un des plus importants d’Europe. L’expérience est donc scrutée un peu partout. 

Mais ses initiateurs sont confiants. Ils répètent leur credo : l’hybride pollue moins et est plus rentable. Et ils n’écartent d’ailleurs pas l’idée d’élargir le programme au-delà des 300 bus actuels. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK