Les 16-25 ans ne se bousculent pas (encore ?) au centre de vaccination de Ciney

Dans les centres de vaccination, cette semaine, en principe c'est place aux jeunes ! En tout cas, les 18-25 ans ont reçu leur convocation la semaine dernière et les 16-17 doivent la recevoir cette semaine. Pourtant, il n'y avait pas encore beaucoup de monde ce lundi matin au Centre de Ciney, qui a d'ailleurs décidé de fonctionner en mode "portes ouvertes"' jusqu'à la fin du mois, c'est-à-dire sans rendez-vous. "Il faut juste être dans les conditions fixées par l'Aviq, précise le directeur médical du centre, le Dr Nathan Buisseret. C'est à-dire avoir au moins 16 ans."

Pouvoir enfin voyager

Lilou (17 ans) n'a pas traîné : "je n'ai même pas encore reçu ma convocation, mais je ne voulais pas perdre de temps. Je n'ai pas peur pour moi. Ma principale motivation c'est de protéger mon entourage. Et aussi de pouvoir voyager..."

Son copain Lucien (19 ans) embraye : "nous devions partir à la Guadeloupe à Pâques l'année passée, mais le voyage a été annulé à cause du covid. En faisant le vaccin tout de suite, nous espérons pourvoir faire ce voyage rapidement."

Margaux (21 ans) vient de terminer ses examens de 3e bac en droit à l'université de Namur. Sa principale motivation à elle c'est tout simplement : dé-con-fi-ner ! "Nous venons de passer tellement de temps enfermés dans notre chambre ! J'ai envie de sortir, de voir des gens, de retrouver une vie normale le plus vite possible. Je pense aussi à tous ces secteurs qui sont restés fermés pendant des mois : les bars, les restaurants, la culture... Il faut sortir de ça."

Une adhésion plus faible que les personnes plus âgées

Les raisons de se faire vacciner sont multiples pour cette génération, même si l'Aviq s'attend à une adhésion plus faible que pour les catégories d'âge considérées comme "à risque". 

"C'est vrai que ce n'est pas la même affluence que la semaine dernière, constate Nathan Buisseret. Nous avions à peine 300 réservations ce lundi pour une première dose alors qu'on a vacciné jusqu'à 1500 personnes chaque jour la semaine dernière. Mais les examens ne sont pas finis. Beaucoup d'étudiants veulent éviter les petits effets secondaires potentiellement liés au vaccin à la vieille d'un examen. C'est compréhensible. Je m'attends à avoir de plus en plus de monde dans les jours qui viennent, au fur et à mesure que les examens vont se terminer."

En tout cas, ce ne sont pas les vaccins qui manquent : la Wallonie dispose de 600.000 doses pour les deux semaines qui viennent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK