Lens: une vache découpée en pleine nuit dans un pré, pour sa viande

"C’est choquant de voir qu’on vient sur votre propriété pour prendre votre animal avec une telle sauvagerie, expliquent Hervé Deladrière et son épouse (les fermiers à qui appartenait la vache). On l’avait égorgée et puis on a emporté les meilleurs morceaux : les deux cuisses, les pattes antérieures et le dos, soit quasiment ¾ de la viande d’une bête."

Selon les deux agriculteurs, seul quelqu’un qui s’y connaît réellement dans la découpe de viande a pu dépecer l’animal de la sorte. "C’est un travail de pro, c’est sûr !"

Pas la première bête dépecée, loin de là !

Sur la commune de Lens, c’est le troisième cas recensé jusqu’ici. "Mais il y eu un autre à Soignies, il y a deux mois. Un aussi à Givry en septembre et un autre à Charleroi." Soit, six au total dans les environs.

A la police de Lens, on confirme : déjà trois cas rien que sur la commune, depuis l'année dernière.

Les faits sont espacés dans le temps. Les auteurs ne laissent aucun indice.

Aucune piste à suivre donc, pour l'instant, mais des mesures ont été prises. "On leur a demandé d’avoir une attention particulière par rapport à ce type de faits, mais également une orientation au niveau du territoire, précise la commissaire Gaëlle Debrabander. Ici, on a constaté que l’endroit était relativement isolé. La police augmentera sa vigilance pendant la nuit puisque c’est à ce moment-là que les dépeçages ont eu lieu."

Et la commissaire d’ajouter : "Il ne s’agit pas non plus de créer un climat de peur au sein de la population. On leur demande juste d’appeler nos services s’ils devaient constater une personne, un comportement ou un véhicule suspects aux abords des prairies."

Charlotte Legrand

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK