"Le Voyage des Mages", un spectacle féerique à la cathédrale de Liège

Michel Teheux, vous êtes prêtre à Huy et l'auteur du récit du spectacle le spectacle " Le Voyage des Mages " qui est visible pour l’instant à la cathédrale de Liège. Pour la onzième fois, vous racontez l’histoire de Noël. Cette année, y a-t-il un message particulier ?

"C'est le vrai message de Noël: dans un monde tissé d'incertitudes, dans une histoire personnelle ou collective dont les chemins sont aléatoires et souvent douloureusement tissés d'embuches, nous sommes tous, comme ces mages, chercheurs de bonheur et d'une vie heureuse. Allons-nous trouver des soutiens pour chercher l'étoile qui pourrait servir de repaire ? Noël, c'est un de ces moments où renait notre volonté d'avancer et, ensemble, les uns avec les autres, d'oser croire qu'un avenir est possible. C'est un moment d'espérance, de vie".

Où trouvez-vous votre inspiration ? Dans l’actualité, dans les livres, au travers de votre vie de prêtre ?

"En premier lieu, dans l'histoire des évangiles: "Il vous est né quelqu'un qui veut votre bonheur!". Ensuite, et c'est un grand mot, l'inspiration poétique: laisser jouer les images, faire parler les personnages, imaginer ce qu'ils auraient pu dire ou vivre. Et encore s'imbiber de ce qu'on ressent aujourd'hui, les questionnements de l'actualité. Pour réécrire l'histoire traditionnelle dans nos préoccupations. Et enfin, ou surtout, la volonté de composer un récit qui se laisse porter par l'émotion, la féérie et les surprises". 

Vous rédigez le texte du spectacle mis en scène par Luc Petit. On le voit sur les visages des spectateurs, c’est l’émerveillement. C’est aussi le cas pour vous ?

"Oui. Vraiment oui ! Je vois les spectacles des dizaines de fois et chaque fois c'est l'émotion à un moment ou l'autre : la musicalité du texte valorisé par le jeu des acteurs, la tornade des mouvements (on regarde à droite, il y a déjà quelque chose à gauche...). Et surtout de voir les gosses attentifs, étonnés, cherchant à toucher les artistes qui passent devant eux. Et les parents de voir leurs enfants heureux ! C'est Noël en vérité !".

Les portes de la cathédrale sont ouvertes depuis onze ans pour vos spectacles. Cela veut dire que l'autorité religieuse liégeoise vous fait très largement confiance. Cette année, il y a même une ambiance de discothèque, on y danse...

"Je rends hommage à l'Evêque et au Chapitre cathédrale d'avoir osé nous abandonner la cathédrale pour faire ce que nous désirions. Et au fil des années, cette confiance ne s'est pas démentie. Nous avons vraiment carte blanche et ils savent aussi que nous savons que nous investissons un lieu qui n'est pas neutre, chargé d'histoire mais aussi de spiritualité. Nous devons et voulons le respecter. Certes nos spectacles peuvent étonner dans un lieu qui reste un lieu de culte, jamais ils ne choqueront. Le fait que j'ai créé le concept des Nocturnales avec Luc Petit en tant que prêtre facilite cette manière de les concevoir, mais les artistes eux aussi sont marqués par le lieu d'exception où ils se produisent et sont eux mêmes étonnés d'être appelés à jouer sans aucune censure et de voir leur art valorisé par la beauté du lieu. J'ajoute : ils ont eu raison de nous faire confiance ! Un public étonnement diversifié assiste au spectacle : vieux, jeunes, croyants ou pas, pratiquants ou simples passants.  La cathédrale redevient une "maison de tous et pour tous", une maison du peuple !".

Forcément, partout, où vous passez, dans les différentes villes, grâce à la musique et à l’éclairage, vous mettez les lieux en valeur ?

"Oui, ces lieux sont du patrimoine souvent majeur de notre région. Notre attachement au patrimoine, sa restauration aussi et les moyens souvent énormes nécessaires qui doivent y être consacrés, dépendent du fait que nous allons "habiter" ces lieux, en faire notre demeure aujourd'hui. Va et vient entre l'héritage du passé et la culture d'aujourd'hui. C'est aussi l'enjeu "social", touristique et économique du concept "Nocturnales", aujourd'hui bien compris par les pouvoirs publics en charge du Tourisme et du Patrimoine".

Le spectacle de l’an denier est par ailleurs toujours visible dans d’autres endroits...

"Après Liège, pour le " Voyage des Mages ", les artistes évolueront dans d’autres villes. Aujourd'hui le "Noël des Cathédrales" investit sept lieux avec deux spectacles en tournée parallèlement. "Les Sonneurs de Noël", créé à Liège l'an dernier, après la cathédrale de Tournai et Marche-en-Famenne pourra encore être découvert à Bruxelles en l'église Saint-Jacques-sur-Coudenberg (à coté du Palais Royal), du 2 au 5 janvier. "Le Voyage des Mages", visible à Liège jusqu'au 2 janvier, sera présenté à la Collégiale Sainte-Waudru à Mons du 4 au 6 janvier. Tous les renseignements et réservations sont disponibles sur Noeldescathedrales.be et au 0471 19 73 17".

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK