Le travail des pompiers sera bientôt financé par les provinces

Pour le moment, quand il y a un incendie, ce sont les communes qui financent les secours : les salaires des pompiers, l'équipement, les casernes, etc.
Pour le moment, quand il y a un incendie, ce sont les communes qui financent les secours : les salaires des pompiers, l'équipement, les casernes, etc. - © Belga

C'est en tout cas la volonté du nouveau gouvernement wallon. La majorité MR-PS-Ecolo veut retirer cette charge financière aux communes et la donner aux provinces.

Qu'est-ce que ça changerait, concrètement ?

Pour le moment, quand il y a un incendie, ce sont les communes qui financent les secours : les salaires des pompiers, l'équipement, les casernes, etc. C'est le cas depuis la réforme des zones de secours en 2015. Mais tout cela coûte très cher aux communes. A tel point que certaines voient leurs réserves d'argent fondre comme neige au soleil.

Alors, si les provinces prennent à leur charge les zones de secours, c'est le soulagement. En particulier pour les petites communes comme Ohey, dont Christophe Gilon en est le bourgmestre. "C’est une excellente nouvelle ! Avant la réforme, nous avions une dotation annuelle comme commune protégée de 70.000 euros. Ce qui représentait à peu près 14 euros par habitant. Au lendemain de la réforme (1er janvier 2015), la dotation est passée à 190.000 euros, soit 34 euros par habitant." Plus du double. Conséquence : ces communes n'ont pas investi cet argent dans d'autres projets.

Combien cela va-t-il coûter (par exemple) à la province de Namur ?

Environ 27 millions. C'est le chiffre qu'on obtient si on additionne toutes les dotations des communes namuroises aujourd'hui. Reste à savoir comment ce financement va s'opérer. Comme nous l'a fait remarquer Claude Eerdekens, bourgmestre d'Andenne et avocat : " Je crains quand même que ce dossier ne soit plus complexe qu’il n’y paraît car la loi du 15 mai 2007 sur la sécurité civile ne prévoit pas l’intervention des provinces. Il faudra donc légalement vérifier comment ce sera possible. D’autre part, la Région, les communes et la Province ne doivent pas être roulées dans la farine… Parce que l’Etat fédéral n’a jamais respecté son engagement de payer 50% des dépenses ! "

Le climat est donc tendu entre le fédéral et les communes sur les zones de secours. A tel point que Claude Eerdekens et les autres bourgmestres de la zone de secours de Namur ont assigné l'Etat fédéral devant la justice pour qu'il respecte ses engagements et payent sa part du gâteau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK