Le Tournaisis s'arme contre l'invasion des frelons asiatiques

Il ressemble à une grosse guêpe, avec des pattes jaunes et un thorax tout noir. Le frelon asiatique pourrait s'installer chez nous.

Les scientifiques wallons lancent donc un appel à la vigilance. Ils demandent qu'on leur signale la présence de nid de frelons asiatiques. Et c'est sur le Hainaut occidental qu'ils concentrent leurs efforts.

Mesures de surveillance

Une réunion d'information sur le frelon asiatique se tiendra ce jeudi, à 19h, à l'Hôtel de Ville de Tournai. La séance, initiée par la section apicole de Tournai, a pour objectif de discuter des mesures de surveillance à mettre en place dans la lutte contre le frelon asiatique, plusieurs nids de cet espèce invasive ayant été découverts dans la région depuis 2016.

La séance d'information, animée par le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W), vise également à fournir des explications à la population afin qu'elle puisse reconnaître l'animal et son nid, ce qui devrait ensuite permettre de rapidement détruire les nids repérés lors de balades à la campagne, par exemple.

Les corps de pompiers de Wallonie picarde recevront d'ailleurs prochainement une formation du CRA-W afin de procéder à la destruction des nids. Cette technique radicale devrait éviter une trop importante propagation.

Risques pour la biodiversité

Lors de la séance informative de jeudi, des explications seront par ailleurs fournies aux participants et aux apiculteurs concernant les risques que la présence de frelons asiatiques représente pour la biodiversité, les mesures de protection que les apiculteurs doivent appliquer afin de protéger leurs ruches et enfin, les mesures qui seront prises sur un plan transfrontalier.

De nombreux indices laissent penser que le frelon asiatique, très nuisible pour le travail des apiculteurs, s'est dernièrement installé dans le Tournaisis. En soi, le frelon asiatique, qui se nourrit d'abeilles, n'est pas dangereux pour l'homme. Toutefois, en cas de perturbation, les membres du nid peuvent se défendre en attaquant l'homme. La probabilité d'attaque est néanmoins faible dans la mesure où ces nids sont haut perchés dans les arbres.

Les premiers cadavres de frelons asiatiques ont été découverts par hasard en novembre 2016 par des élèves de l'école de Guignies, dans l'entité de Brunehaut, près de Tournai. Une observation a rapidement permis de découvrir le nid de ces frelons à proximité de l'établissement scolaire. Quelques jours plus tard, ce nid fut détruit par des membres du Centre wallon de recherches agronomiques de Gembloux. Il est rapidement apparu que des femelles fondatrices avaient cependant quitté le nid avant sa destruction. Début de cette année, des pièges ont été placés à Guignies. Entretemps, des nids avaient été repérés à Escanaffles (Celles), Audenarde et dans le Nord de la France.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK