Le tourisme de la drogue vit ses dernières heures dans plusieurs provinces des Pays-Bas

Dès mardi, la consommation de cannabis dans les coffee-shops hollandais sera interdite aux Belges.
Dès mardi, la consommation de cannabis dans les coffee-shops hollandais sera interdite aux Belges. - © Belga

Ce sera le cas notamment à Maastricht. Dès mardi, la consommation de cannabis y sera interdite aux Belges. Ces lieux ne seront désormais plus accessibles qu'aux personnes résidant aux Pays-Bas. Un changement qui risque d'avoir des conséquences sur la culture illégale de cannabis ainsi que sur la revente en Belgique.

Antoine est ce que l'on peut appeler un fumeur régulier de cannabis. Depuis près d'une vingtaine d'années, matin, midi et soir, il consomme ses joints. Longtemps, il s'est approvisionné aux Pays-Bas avant d'être fiché et de ne plus pouvoir passer la frontière. Il s'est donc organisé. "J’envoie un SMS à un ami et il vient m’approvisionner. Il me ramène en général 50 grammes, soit pour 300 euros. Quand j’étais jeune, j’y allais à peu près une fois par semaine…"

Pour de nombreux consommateurs, la question de l'approvisionnement va très vite se poser avec le risque d'explosion de cultures privées voire de circuits parallèles. Mais la vice-première ministre et ministre de l'intérieur, Joëlle Milquet, l'a d'ores et déjà annoncé : il y aura un renforcement des dispositifs policiers et une collaboration inter-polices en vue de prévenir les éventuels effets secondaires en Belgique de cette nouvelle règlementation.

"Je pense que nous avons les moyens de lutter contre la revente de drogue, déclare Danièle Reynders (Procureur du Roi de Liège). On l’a fait pour le tourisme de la drogue. Dans un premier temps, il s’agissait de contrôles sur l’autoroute. Puis, on les a élargis aux trains, bus et voies secondaires."

Avec, comme conséquence directe, le changement des comportements côté revendeurs : "On a vu apparaître des vendeurs du Nord de la Hollande. Ils venaient chercher le client français avant qu’il ne pénètre sur le sol hollandais. Cela provoquait de la violence sur nos routes." Les diverses opérations menées par les forces de l’ordre avaient permis l’arrestation de plusieurs dealers.

La nouvelle législation qui entre en vigueur ce mardi (NDLR : l’interdiction de revente aux clients non hollandais dans les coffee-shops) devrait fonctionner de la sorte. Inévitablement, les comportements des consommateurs changeront et les revendeurs s’adapteront. Pas grave, dit Danièle Reynders : "Nous aussi ! On s’adaptera à la manière dont les organisations criminelles vont essayer de s’implanter chez nous. Elles tenteront probablement de louer discrètement des immeubles ici à Liège, mais on ouvrira l’œil…"

Dans l'arrondissement judiciaire de Liège, l'année dernière, les forces de l'ordre ont découvert 57 plantations de tailles diverses. 52% de moins de 50 plants, 21% de 50 à 500 plants et 5 % d'une taille supérieure à 1000 plants. Enfin, sur les trois dernières années, 125 auteurs ont été arrêtés.

Patricia Scheffers

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK