Le téléphérique de Namur coûtera 350.000 euros de plus que prévu

Il a fallu redessiner le bâtiment de la place Maurice Servais suite aux critiques exprimées lors de l'enquête publique. Cela coûtera plus cher.
Il a fallu redessiner le bâtiment de la place Maurice Servais suite aux critiques exprimées lors de l'enquête publique. Cela coûtera plus cher. - © AM Contraste Architecture

La construction du téléphérique de Namur coûtera 350.000 euros de plus que prévu. Sur un coût total d’environ 10 millions cela ne met pas le projet en péril. C’est la ville qui assumera ce coût supplémentaire. Car l’entrepreneur - le consortium Franki-Poma-La Belle Montagne - n’y est pour rien. C’est à la demande des pouvoirs publics, suite aux critiques soulevées durant l'enquête publique, qu’il a dû redessiner les plans de la station de base, place Maurice Servais.

Pourtant la note finale pour les Namurois ne devrait pas être plus salée. Cela s’explique, paradoxalement, par le retard pris par ce dossier. La ville s’est en effet engagée à verser 600.000 euros pendant trente ans à l’exploitant. Mais elle ne devra payer que lorsque le téléphérique sera mis en exploitation. Or le délai de 30 ans a déjà commencé à courir depuis l’attribution du marché en 2017.
Et donc un an de retard, c’est une tranche de 600.000 euros en moins à payer. C’est en tout cas le point de vue de la ville.

Le constructeur ne l’entend pas de cette oreille. Il pourrait donc demander une prolongation de la période d’exploitation du téléphérique, au-delà des trente ans initialement prévus. La ville ne ferme pas la porte mais négocie calculette en main. "Pas question de sortir des balises financières initiales", promet le bourgmestre Maxime Prévot. Soit 600.000 euros par an pendant 30 ans.

Pour l'instant, ces incertitudes juridiques et financières ne freinent pas le projet. Car le permis d'urbanisme n'a pas encore été délivré par le fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Mais cela ne saurait tarder. La date ultime est fixée au 22 octobre prochain.

Journal télévisé 15/12/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK