Le tag géant anti-police sur le domaine royal n'a toujours pas été effacé

Le tag s'étire sur environ 60 mètres, face au canal.
5 images
Le tag s'étire sur environ 60 mètres, face au canal. - © RTBF - Karim Fadoul

C'est un immense tag qui a la vie dure, chaussée de Vilvorde. Sur l'un des murs du domaine royal de Laeken, où résident le Roi et la Reine, une inscription qui s'étend sur 60 mètres est rédigée en blanc et en vert. Celle-ci est visible depuis près de six mois et indique: "La police tue. 98-18. La police tue toujours" suivi de: "Semira. Mawda. La police assassine". En marge, l'acronyme ACAB pour "All cops are bastards". A traduire par: "Tous les policiers sont des bâtards".

Impossible de déterminer avec précision de quand date ce tag ni l'identité des auteurs. Ce qui est certain, c'est qu'il remonte au mois de septembre dernier, au moment des commémorations de la mort de Semira Adamu. Semira Adamu, demandeuse d'asile nigériane, mourrait après avoir été étouffée par un gendarme à l'aide d'un coussin, au moment de son rapatriement forcé vers son pays d'origine. Un choc dans le pays et au sein des forces de l'ordre. 20 ans après, plusieurs associations qui viennent en aide aux réfugiés ou luttant contre les violences policières ont voulu rappeler cet événement.

20 ans de la mort de Semira Adamu, en septembre dernier, des activistes ont donc tagué une façade symbolique, celle du roi des Belges en effectuant un parallèle avec un événement récent, la mort de Mawda, deux ans, tuée par balle après une course-poursuite avec la police. 

Un irrespect de la part des autorités

Depuis, impossible de passer à côté de cette inscription. Vu son ancienneté, le tag fait réagir au sein de la police. Vincent Gilles du syndicat SLFP-Police, déclare vertement: "On pourrait penser que ce tag est anecdotique mais il illustre quelque chose de beaucoup plus grave tant à l'égard de la police et des policiers qu'à l'égard de la société. Qui est responsable du fait que ce tag soit toujours là? Selon moi, toute autorité compétente et en premier lieu le propriétaire du mur qui a la responsabilité de l'effacement, voire d'entamer des poursuites. On ne peut pas imaginer que les gestionnaires du domaine royal n'aient pas vu ce tag. Reste que l'autorité administrative a également une énorme responsabilité. La Ville de Bruxelles a certainement été alertée soit par le propriétaire, soit par un agent communal. Nous constatons que le bourgmestre ou du moins l'administration communale n'a pas autant de respect qu'elle prétend en avoir pour la police et les policiers."

Vincent Gilles poursuit quant au message en lui-même: "Si la police ou un policier a commis des erreurs qui ont amené à un décès ou un préjudice grave à l'égard d'un citoyen, cela n'est pas resté impuni car nous sommes en démocratie. Dès lors, il est important que cette institution qu'est la police soit respectée. Cet tag est l'illustration d'un total irrespect à l'égard de la police. Pas un irrespect de la part de l'auteur du tag, qui émet ici son opinion, quelle qu'elle soit. Mais un irrespect de la part de toutes les autorités responsables qui laissent ce tag depuis des mois."

Le dossier est à l'étude

Contacté, le Palais royal nous répond que "les procédures concernant l'effacement du tag sont lancées". Il faut rappeler que le domaine royal de Laeken a deux propriétaires: la Régie des Bâtiments (Etat fédéral, 49%) et de la Donation royale (51%). Ce qui rend la prise de décision moins évidente.

La Ville de Bruxelles, de son côté, dispose d'un service anti-tag. Mais celui-ci ne peut intervenir qu'après une demande formelle d'un propriétaire. Une intervention gratuite moyennant la signature d'une décharge. "Nous sommes disposés à intervenir s'il y a une demande", conclut l’échevine de la Propreté publique Zoubida Jellab (Ecolo).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK