Syrien interpellé à Charleroi : un mois de plus en détention préventive

Aéroport de Charleroi
Aéroport de Charleroi - © Belga - Virginie Lefour

La chambre du conseil de Charleroi a examiné ce lundi, le dossier du ressortissant syrien de 24 ans intercepté la semaine dernière au Brussels South Charleroi Airport (BSCA) et suspecté de participation à une organisation terroriste. L'inculpé nie formellement les faits. Son avocat a réclamé sa remise en liberté mais la chambre du conseil ne l'a pas suivi et a prolongé d'un mois sa détention préventive.

La chambre du Conseil de Charleroi a confirmé le mandat d'arrêt du ressortissant syrien, intercepté la semaine dernière à l'aéroport de Charleroi. L'homme, agé de 24 ans, est inculpé d'appartenance à une organisation terroriste, ce qu'il nie formellement.

Venu de Zakynthos (Grèce) et en partance pour la Norvège, il avait attiré l'attention des douaniers qui ont procédé à la vérification de ses papiers. Il est rapidement apparu que le suspect voyageait avec de faux passeports et qu'il détenait sur lui du matériel interpellant sur les exactions en Syrie, à savoir une carte mémoire et des photos.

Déféré devant le juge d'instruction jeudi dernier, le jeune homme a été placé sous mandat d'arrêt pour appartenance à une organisation terroriste.

La chambre du conseil de Charleroi a examiné l'opportunité de prolonger sa détention préventive.

Me Nabil Khoulalène, son avocat, a plaidé sa remise en liberté. "Il conteste formellement appartenir à une organisation terroriste. Les documents qu'il détenait servent selon lui à montrer aux Européens ce qu'il se passe dans son pays. Cet étudiant en langues comptait d'ailleurs rejoindre sa famille en Norvège pour y trouver un avenir meilleur."

Mais la chambre du conseil n'a pas suivi l'avocat et a prolongé d'un mois sa détention préventive.


RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK