Le survol de Bruxelles a été plus intense depuis la rentrée scolaire

Prenons un exemple : 6h17 du matin, le samedi 27 septembre... Certains Schaerbeekois, riverains de l'avenue de Rodebeek, ont entendu depuis leur lit le décollage assourdissant : 70,4 décibels notait le relevé du sonomètre voisin. Et ce n'est qu'un exemple parmi des dizaines d'autres…

L'étude des chiffres montre ceci : les trois premières semaines de septembre ont été plus agitées que d'habitude pour les Schaerbeekois, les Everois et les Harenois. Il n'y a pas eu tellement plus de vols pendant la semaine mais bien pendant les week-ends et à des volumes plutôt plus élevés que d'habitude.

Une explication à cette augmentation ?

Nous avons posé la question au médiateur de l'Aéroport. Il y a eu, en effet, des événements exceptionnels qui expliquent que le nord de Bruxelles ait été plus survolé.

Il existe un schéma préférentiel. Une règle qui dit que les avions décollent de la piste de 19, vers Louvain, entre le samedi 16h et le dimanche 16h, histoire d'épargner les Bruxellois.

Ce schéma préférentiel a été modifié à plusieurs reprises : parce qu'il y a eu des travaux sur la piste 19, pendant un week-end. Deux autres week-ends, le manque de visibilité a empêché d'emprunter cette même piste.

Autre problème rencontré : un trafic trop élevé, qui a obligé à emprunter la piste qui décolle vers Bruxelles.

C'est donc un faisceau d'événements qui mènent à ce survol plus intense les matins du week-end.

La situation devrait s'adoucir

Hélène Maquet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK