Le sculpteur namurois Charles Kaisin à Bruxelles

Installation origamis au palais de justice de Bruxelles
Installation origamis au palais de justice de Bruxelles - © Chateaudery

Les 10 000 origamis de Charles Kaisin habillent la salle des pas perdus du Palais de Justice de Bruxelles. Une installation comme un souffle pour les 200 ans du barreau de Bruxelles.

Pour fêter les 200 ans du barreau, les deux bâtonniers bruxellois ont commandé une installation au namurois Charles Kaisin.

10 000 fleurs d'iris, réalisées avec des feuilles de codes pénal et civil. Un pliage confectionné avec la complicité de 15 détenus de la prison de Saint-Gilles, sous la férule des assistantes de l'artiste.

Pour la petite histoire, Charles Kaisin recevait en 1997 la bourse du Fonds Thirionet, qui lui permettait de réaliser son stage chez le sculpteur Tony Cragg. Grâce à cette bourse, il reste 5 mois à Pina Bausch dans la Ruhr où il travaille dans un véritable atelier comme à l'époque de Rodin ou de Brancusi.

Mais l'art de l'origami, il le découvre lors d'un séjour au Japon et continue de l'explorer dans son travail, notamment avec la réalisation de son siège K-Bench.

L'oeuvre visible dans la salle des pas perdus du Palais bruxellois, s'inscrit dans un souffle. Le moindre courant d'air lui donne l'aspect d'un mobile monumental. Un champ d'activité en recherche dans une création permanente. 10 000 fleurs d'iris suspendues à un fil rouge, pour illustrer la rigueur judiciaire.

Une expo à voir jusqu'au 31 août.

Christine Pinchart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK