Le sapin de Noël: symbole d'un lien historique entre Stavelot et Bruxelles

Le sapin de 22 mètres qui prendra place aujourd'hui sur la Grand-Place de Bruxelles est un cadeau de la commune de Stavelot à sa grande soeur bruxelloise. Un lien unit les deux villes, c'est une histoire qui remonte à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Dès le 18 décembre 1944, Stavelot subit les assauts de la première division blindée SS du lieutenant-colonel Peiper. Après d’âpres combats, les GI's repousseront puis bloqueront l’ennemi. Stavelot est libérée pour la deuxième fois mais la ville est en ruine. Patrice Lefebvre, échevin et historien stavelotain, raconte: "Trois quarts des maisons environ sont détruites ou touchées.  Il y aura aussi 167 civils stavelotains qui vont perdre la vie lors des combats".

C’est alors qu’en janvier 1945 survient un élan de solidarité de villes du Nord du pays envers les cités ardennaises dévastées. "C'est la ville de Bruxelles qui va se déclarer marraine de guerre de Stavelot et qui va lui apporter une aide considérable.  Comme les gens avaient tout perdu, il y a eu des collectes de vêtements, d'objets usuels, de jouets pour les enfants.  C'était vraiment ce qui est arrivé d'abord.  Ensuite, Bruxelles a apporté une aide financière, il y a eu des collectes d'argent, beaucoup d'argent.  Ils ont envoyé des plants de pommes de terre, je crois que c'est dix tonnes en prévision des récoltes de 1945".

Bruxelles a également aidé Stavelot à reconstruire les bâtiments. "On a reçu aussi des matériaux, des briques mais je pense surtout aux vitres.  Pratiquement toutes les vitres des maisons de Stavelot étaient brisées, donc Bruxelles a envoyé des vitres".

Le sapin qui trône désormais sur la Grand-Place de Bruxelles ravive ainsi le souvenir d’une formidable solidarité.  

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK