Le salon de l'emploi de Sivry-Rance met l'accent sur l'emploi transfrontalier

"La région fait que l’on est écarté de Bruxelles, et donc des portes se referment…" Comme pour Laurie Pierrepan de Beaumont, les difficultés en termes de mobilité dans la région (peu de bus, pas de trains) sont un frein pour beaucoup de demandeurs d'emploi. C'est une des raisons pour lesquelles les cinq communes de la botte organisent ce salon. "Nous ne sommes pas fort aidés au niveau des transports en commun, reconnaît Nathalie Ducoeur (organisatrice du salon). C’est malheureusement une priorité pour nous de rechercher un emploi au plus proche. Nous avons donc voulu créer quelque chose de décentraliser, qui permet aux demandeurs d’emploi de la région de ne pas faire énormément de kilomètres, de pouvoir trouver un maximum d’employeurs et d’organismes d’insertion présents ici."

Ce désavantage en termes de mobilité, on pense ici qu’on peut le compenser en se tournant davantage vers la France et son marché de l'emploi. D'où la présence de Yannick Brisart (du pôle emploi de Maubeuge), une ville française toute proche. "Je suis là pour favoriser l’insertion professionnelle de nos chercheurs d’emploi. Qu’ils habitent un pays ou l’autre. Cette frontière n’est pas un mur. Il suffit de quelques petites démarches administratives en plus, et il y a peut-être moyen de retrouver un emploi…"

Une piste à explorer d'autant que la législation fiscale européenne en vigueur depuis 2012 n'est plus aussi désavantageuse pour les Belges qui travaillent en France.

Hugues Decaluwé

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK