Le rochefortois Pierre-Yves Dermagne monte au gouvernement wallon et devient bourgmestre empêché

C’est la deuxième fois que le rochefortois Pierre-Yves Dermagne entre dans le gouvernement wallon.
C’est la deuxième fois que le rochefortois Pierre-Yves Dermagne entre dans le gouvernement wallon. - © Belga

La figure namuroise du nouveau gouvernement wallon, c’est Pierre-Yves Dermagne. Pas encore 40 ans, régionaliste convaincu, le bourgmestre de Rochefort est l’une des figures montantes du parti socialiste. Il devient ministre des Pouvoirs locaux et du Logement.

C’est la deuxième fois que le rochefortois entre dans le gouvernement wallon. En 2017, dans le gouvernement Magnette, c’est lui qui avait succédé quelques mois à Paul Furlan dans la foulée de l’affaire Publifin. Déjà avec les Pouvoirs locaux dans son portefeuille.

Avocat de formation, Pierre-Yves Dermagne a débuté comme attaché parlementaire. Il fut aussi chef de cabinet adjoint du ministre Philippe Courard et conseiller auprès de la ministre wallonne Eliane Tillieux. Son ascension a été rapide. Conseiller provincial à Namur dès 2006, il est devenu député provincial en 2012, puis député wallon et de la Communauté française en 2014. Après son passage au gouvernement en 2017, il devient chef de file socialiste dans l’opposition.

Au niveau communal, conseiller communal puis premier échevin à Rochefort depuis 2012, l’année 2018 a été celle de la consécration. Lors des élections communales, le duel attendu avec François Bellot, bourgmestre sortant, a tourné à l’avantage du premier.

S’il avait pu cumuler ses fonctions de député et de bourgmestre, Pierre-Yves Dermagne a dû faire un choix entre le poste de ministre et celui de bourgmestre, il va être amené à désigner un bourgmestre faisant fonction à Rochefort. Un choix qui n’a pas été facile : "C’est quelque chose que j’ai pris en compte cette nuit, en acceptant la proposition d’Elio di Rupo", expliquait-il ce matin sur nos antennes. "Dans ma fonction de bourgmestre, au quotidien, les questions de logements sont centrales. Les personnes viennent pour des questions liées à l’accès au logement. C’est aussi le prolongement d’un mandat local, d’un engagement au niveau local d’accepter ces compétences. Je ne vais pas quitter la vie rochefortoise pour autant. Je suis rochefortois, je suis bourgmestre de Rochefort et c’est un mandat qui me passionne. Je serai toujours attentif au développement de ma commune."

Selon les accords et pour respecter le Code de la Démocratie locale, c’est Corinne Mullens, première échevine et deuxième en termes de voix derrière Pierre-Yves Dermagne le soir des élections communale, qui devrait devenir bourgmestre faisant fonction.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK