Le réseau hospitalier namurois est désormais une réalité

Le CHR Sambre et Meuse fait partie de ce nouveau réseau hospitalier avec le CHU UCL Namur et la Clinique Saint-Luc de Bouge notamment.
Le CHR Sambre et Meuse fait partie de ce nouveau réseau hospitalier avec le CHU UCL Namur et la Clinique Saint-Luc de Bouge notamment. - © JOHN THYS - BELGA

Le CHR Sambre et Meuse, le CHU UCL Namur et la Clinique Saint-Luc de Bouge sont désormais officiellement regroupés au sein du Réseau hospitalier namurois, ont annoncé leurs représentants. Outre les sites hospitaliers de Namur, Dinant, Sambreville, Yvoir et Bouge, ce réseau regroupe neuf polycliniques et centres médicaux de la région (Andenne, Auvelais, Ciney, Erpent, Gembloux, Givet, Namur et Perwez).

Anticiper la réforme De Block

Un accord portant sur le regroupement avait été signé en mars 2019. Celui-ci anticipait la réforme mise en place par la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block (Open Vld), qui oblige les hôpitaux à se regrouper depuis le 1er janvier 2020, en vue de rationaliser le système de santé et l'octroi de subsides.   "L'objectif est aussi d'encourager l'évolution des pratiques médicales, en nous basant sur la concertation et le consensus", a souligné le Réseau hospitalier namurois. "Chaque institution maintient toutefois sa gouvernance actuelle, son indépendance et son autonomie."  


►►► À lire aussi: Création d'un réseau hospitalier namurois: cela va-t-il changer quelque chose pour les patients ?


Offre de soins complémentaire

Des transferts et la mutualisation d'activités sont envisagés. "Plusieurs groupes de travail seront progressivement mis en place, que cela soit concernant le projet médical, les ressources humaines, l'informatique ou encore la communication", ont précisé les représentants des hôpitaux. "Nous ambitionnons le développement d'une offre de soins complémentaire la plus large possible, reposant sur les spécificités de chacun." En outre, la création du Réseau hospitalier namurois n'aura pas d'impact sur l'emploi, ni sur le statut des travailleurs, ont-ils encore assuré.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK