"Le réchauffement climatique? Je ne sais pas ce que c'est": dans cette école, on ne manifeste pas pour le climat

A l’Institut Frans Fischer, il y avait peu d’absents ce jeudi matin. Ou du moins pas plus que d’habitude. Dans cet institut technique et professionnel de la commune de Schaerbeek (en Région bruxelloise), on ne manifeste pas contre les changements climatiques. Pas parce que l’école s’y oppose. Simplement, dans cet établissement fréquenté en grande partie par des élèves issus de milieux modestes et de familles d’origine étrangère, on n’en a même pas l’intention.

« On a déjà trop d’absences »

« On préfère aller à l’école, explique cette élève de cinquième, c’est plus important ». « En fait, on a déjà trop d’absences », surenchérit son amie. En réalité, beaucoup ne sont tout simplement pas au courant de la quatrième mobilisation de la jeunesse pour le climat, qui se déroule à peine à deux ou trois km de là.

"Je ne savais pas qu’il y avait, affirme cette jeune fille. Et une autre de s’exclamer : "Aaah, c’est pour ça que je voyais plein d’élèves et tout ça, à la gare du Nord !"

«Je pense que beaucoup ne regardent pas la télé francophone, déclare Alain Renson, sous-directeur d’une des deux implantations de l’Institut. Ils ne savent donc pas que des manifestations sont organisées ».

« Il fait trop froid ici »

Manifestement, dans les classes de cinquième et sixième à Frans Fischer, il n’y a pas que les manifs que les élèves ignorent : « Le réchauffement climatique, je l’ai vu en cours, mais je ne sais plus ce que c’est », admet cet élève de dernière année. « C’est comme la météo, des trucs comme ça, non ? » lance une autre en cherchant une approbation. « Une manif pour le climat ? Je suis d’accord, il fait trop froid ici, on ne peut pas continuer comme ça », ajoute un troisième.


►►► À lire aussi : Climat et météo, la grande confusion


D’autres ont bien une vague idée : « C’est à cause de la pollution et tout ça, affirme cette élève. C’est vrai que c’est important. D’ailleurs, moi je jette toujours mes déchets à la poubelle, jamais dans la rue, c’est plus fort que moi ». Dans un autre groupe d’amis, en voilà un qui prend position : « Les voitures écologiques, ça ne m’intéresse pas trop. Je préfère les grosses voitures, les moteurs atmosphériques qui font beaucoup du bruit. Je sais, ça pollue, mais c’est tout ce qui m’intéresse ». Aucun débat ne s’en suit.

D’autres soucis au quotidien

Dans le cadre de ses cours, Simon Rosillon, prof de math et d’horticulture à Frans Fischer, a pris le temps de discuter de ces manifs avec ses élèves. Ce qu’il retient de ces discussions ? « C’est un thème qu’ils ne connaissent pas bien, pour la plupart d’entre eux. Les profs de sciences voient la matière aux cours, mais je n’ai pas l’impression qu’ils se sentent touchés par le phénomène. Ils ont d’autres tracas au quotidien, ça passe clairement au second plan. »

La semaine dernière, aucun élève de Frans Fischer n’est allé manifester pour le climat. Ils étaient tout au plus deux ou trois, ce jeudi-ci.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK