Le rat musqué, cette terreur de nos berges, reconnu comme espèce invasive

Les espèces exotiques envahissantes, ou espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine et qui menace la biodiversité. Douze espèces viennent d'être ajoutées à la liste européenne qui recense ces espèces à éradiquer ou à contrôler. Elles sont désormais 49.

Parmi elles, le chien viverin, la balsamine de l’Himalaya, la berce du Caucase, ou le rat musqué, bien installé en Wallonie. Il habite chez nous depuis le début du siècle dernier. Mais il est considéré comme une espèce invasive, car ses dégâts aux berges et à la biodiversité sont trop importants.

Comme il est déjà bien installé chez nous, il est traqué et détruit toute l'année depuis très longtemps. La Belgique n’a en effet pas attendu la nouvelle liste européenne pour prendre des mesures : la lutte a démarré dans les années 50.

15 000 rats tués chaque année en Wallonie

Ainsi, à Laîche (Florenville) après avoir posé des pièges la veille, Benoit Leuris a retrouvé le lendemain matin sur 250 mètres de berges pas moins de 15 rongeurs. "C'est comme un gros campagnol, mais qui fait beaucoup de dégâts chez nous", explique-t-il.

"L'été, il coupe les végétaux verts, l'hiver, il s'attaque aux rhizomes et détruit toutes ces structures, qui sont très importantes pour les poissons, les batraciens, les insectes. C'est donc très important pour la bio-diversité", témoigne Stéphan Adant, responsable du service wallon de piégeage des rats musqués.

En Wallonie, 17 piégeurs tuent 10 à 15 000 rats musqués chaque année. "Il fait 3 nichées de 6 à 7 jeunes par an, et il n'a pas de prédateur chez nous"

Désormais, le rat musqué est donc inscrit sur la liste européenne des espèces invasives: il est interdit d' importer ou d'introduire ces rongeurs et il faudra désormais gérer les populations de manière coordonnée entre régions, et Etats membres, pour une lutte efficace au niveau européen. Les différents états devront aussi collaborer et mettre en place des plans de lutte communs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK