"Le PTB m'a dégoûtée, ce sont des manipulateurs", enrage Catherine Moureaux (PS)

"Le PTB m'a dégoûté, ce sont des manipulateurs", enrage Catherine Moureaux (PS)
"Le PTB m'a dégoûté, ce sont des manipulateurs", enrage Catherine Moureaux (PS) - © HATIM KAGHAT - BELGA

Toujours pas de fumée blanche à Molenbeek-Saint-Jean, quinze jours après les élections communales. Incontournable avec 7133 voix de préférence, la socialiste Catherine Moureaux est à la manœuvre et avait immédiatement tendu la main aux listes PTB et Ecolo, espérant amener à bon port une coalition progressiste, telle qu'encouragée (ou rêvée ?) par la FGTB.

Mais, à Molenbeek, c'est fini : "Oui, il n'y aura pas de retour en arrière. Ils m'ont dégoûtée", confie Catherine Moureaux, invitée de Matin Première ce lundi. La coalition progressiste tant rêvée ne verra pas le jour, "à cause d'eux", martèle-t-elle.

Le PTB lui reproche d'avoir refusé plusieurs de ses mesures, dont la publication du patrimoine des élus ou encore la réduction des salaires des mandataires. "Ce sont des manipulateurs", répond la socialiste qui dément avoir refusé quoi que ce soit. 

"Ils ont manipulé la note. Pour le reste, ce sont des dires"

PS, PTB et Ecolo s'étaient quittés lundi dernier sur un communiqué commun, rappelle-t-elle : "Nous devions nous revoir le jeudi pour trancher certains points. Et ça s'est transformé en refus de ma part. Le PTB avait déposé une note sur la table et il y a des points de légalité que je voulais explorer, points que nous avons mis en suspens jusqu'au jeudi."

Catherine Moureaux accuse en outre le PTB d'avoir "manipulé une note de négociations" : ils en ont produit une "qui n'est pas la note que l'on a eue sur la table".

"Pour le reste, ce sont des dires", ajoute-t-elle.

La condition bonne gouvernance d'Ecolo

Mais le PTB n'est pas le seul à avoir quitté le navire. Ecolo aussi a claqué la porte, reprochant cette fois à Catherine Moureaux un manque d'enthousiasme en matière de bonne gouvernance.

"J'ai refusé deux de leurs mesures, reconnaît la socialiste. Deux mesures qui visaient à me mettre sous tutelle. La première consistait à ce que l'on n'ait pas la majorité dans le collège (...). La seconde, à caractère forcément vexatoire, amenait l'idée que certains de mes élus étaient très problématiques et ne devaient pas occuper de fonction."

"Ce n'était pas une bonne entrée en matière, mais je ne pensais pas que cela allait précipiter la fin des négociations", confie-t-elle.

Tendre la main à Françoise Schepmans ?

Quelles options de coalition reste-t-il dès lors ? Le MR de Françoise Schepmans ? "J'ai fait un tour de consultation des quatre partenaires possibles pour une majorité dans cette situation, vendredi. J'ai vu les quatre", répond Catherine Moureaux, insistant sur le fait qu'Ecolo a finalement "accepté de continuer à discuter" avec le PS, malgré l'échec des négociations avec le PTB.

Et donc – est-on tenté de répéter – le MR de Françoise Schepmans ? Le PS pourrait-il travailler avec les libéraux à Molenbeek ? "Bien sûr, il y a deux possibilités aujourd'hui : PS-MR ou un olivier élargi à DéFI. Voilà", conclut sobrement Catherine Moureaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK