Le PTB ferait une "belle percée" dans les villes en Wallonie

A Charleroi et à La Louvière, le PTB est annoncé en forte progression.
A Charleroi et à La Louvière, le PTB est annoncé en forte progression. - © ERIC LALMAND - BELGA

Charleroi

Il y a longtemps que l'on n'avait plus connu un scrutin communal aussi indécis à Charleroi. La majorité PS – cdH – MR dirige la Ville depuis 2007. Sauf qu'aujourd'hui, un parti vient redistribuer les cartes, à gauche de la gauche : le PTB.

Le PS carolo, avec ses 47,7% des voix, menait la danse en 2012. Mais entre-temps, de nouvelles "affaires" (les intercommunales, le Samusocial…) sont venues tancer - notamment - la machine socialiste. Faisant de nombreux déçus au sein de militants.

Crainte et annoncée depuis plusieurs mois, la montée en puissance du PTB semble se concrétiser peu à peu en Wallonie. Et donc, y compris, au Pays noir. "De 3,5% en 2012, on décrochera probablement plus de voix pour ce scrutin-ci. Nous avons fait campagne en rupture avec la programme de la majorité en place à Charleroi (ndlr: PS – MR – cdH), car il faut répondre aux besoins de la population, avec un programme social", commentait en milieu d'après-midi Sofie Merckx, tête de liste PTB.

Sur 56.45% des bureaux dépouillés le PTB est autour des 15.78% soit une progression de plus de 12%.

La Louvière

66.67%  des bureaux dépouillés le PTB est à 15.26% en progression de 10.40% et 7 élus.

       

Liège

Les résultats tardent encore sur Liège mais sur 10% des bureaux dépouillés le PTB est autour des 16,31%.

Namur 

7,85% et trois élus sur 78.95% des bureaux dépouillés. 

Verviers

Avec 100% de bureaux dépouillés le PTB est à 9.16%, il progresse de 7.12% et décroche 3 élus.

A La Louvière, la plus grande ville de la Région du Centre, le PTB aurait aussi récolté de nombreuses voix. Le PS, en majorité absolue en 2012 (mais de justesse), aurait donc perdu des plumes sur sa gauche.

"On a bien senti durant la campagne qu'on récoltait beaucoup de sympathie. En 2012, nous étions à 4%. Ici, en 2018, on s'attend à une belle percée, nous a répondu Antoine Hermant (PTB – La Louvière). Durant la campagne, on a pu parler de notre vision de la Ville, de dénoncer le fait que la Ville mettait notamment tout en place pour que les grands promoteurs immobiliers se partagent les meilleurs espaces dans la ville… Nous, nous avons apporté une autre solution : le développement du logement social."

A La Louvière, on leur prédit le deuxième score. S'il se confirme, une coalition est-elle envisageable avec le PS ? "Il est trop tôt pour en parler mais nous avons clairement dit que monter dans un exécutif était envisageable."

A Charleroi ou à La Louvière, les sondages ou les premières informations issues des bureaux déjà dépouillés nous donnent à penser que le PTB est en très nette hausse. Certains anticipent et parlent même de deuxième force dans la métropole carolo.

A ce stade, le conditionnel et la prudence restent de mise : il est encore trop tôt pour affirmer quoi que ce soit. La seule certitude  - non chiffrée, répétons-le – est que le PTB n'est plus dans le confidentiel.