Le PS veut-il revoir l'avantage fiscal lié aux titres-services à Bruxelles?

Selon l’Écho, la formatrice Laurette Onkelinx aurait proposé de supprimer l'avantage fiscal.
Selon l’Écho, la formatrice Laurette Onkelinx aurait proposé de supprimer l'avantage fiscal. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

C'est ce que laissait entendre mercredi le quotidien l’Écho. CDH et FDF s'y seraient opposés lors des négociations pour la formation du gouvernement bruxellois. Le PS conteste le contenu de l'article.

Les titres-services connaissent un vif succès depuis leur introduction en Belgique en janvier 2004. Ils permettent à des particuliers de recevoir de l'aide à domicile de nature ménagère pour un prix modique et de bénéficier en plus d'un avantage fiscal. Le titre-service d'une valeur de quelque 22 euros ne revient qu'à 9 euros par ménage, et est fiscalement déductible à hauteur de 1400 euros par an.

Depuis la sixième réforme de l'état, la matière est devenue régionale. Et la question du coût des titres-services pour le budget bruxellois s'est trouvée sur la table des négociateurs.

Si le fédéral a transféré 207 millions pour financer les titres-services en 2015, au-delà de cette échéance, l'incertitude prévaut.

Selon le quotidien l’Écho, la formatrice Laurette Onkelinx aurait proposé de supprimer l'avantage fiscal. En lieu et place, pour conserver son attrait au système, la Région aurait fait contribuer les employeurs.

Faux, affirme le porte-parole du PS bruxellois. Laurette Onkelinx est très attachée au principe des titres -services. Mais encore?

Le PS cherche à rendre le système pérenne dans un cadre budgétaire responsable, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les formules possibles. FDF et CDH se seraient opposés - avec succès - à la suppression de l'avantage fiscal. A confirmer.

Philippe Carlot