Le Proxibus à Mont-Saint-Guibert, c'est fini! La formule n'attirait pas

Mont-Saint-Guibert est la deuxième commune à arrêter le Proxibus après Braine-le-Château.
Mont-Saint-Guibert est la deuxième commune à arrêter le Proxibus après Braine-le-Château. - © Belga

Ce mini bus rouge et jaune est un partenariat entre les transports en commun des TEC et la commune. Depuis 2009, cette navette relie les quartiers de Mont-Saint-Guibert à différents endroits de passage, comme la gare ou le parc économique de l’Axisparc. Mais malgré sa gratuité, la formule n’attire pas.

Des trajets gratuits pour les citoyens. Sauf que ces citoyens, ils ne s'en servaient pas... En moyenne, on comptait deux navetteurs par trajet. Et la moitié de tous ces trajets s'effectuait avec une ou deux personnes à bord, voire parfois pas du tout.

Quand on sait que la commune payait environ 80 000 euros par an pour ce Proxibus, on comprend cette volonté d'arrêter. Mais le bourgmestre Ecolo le promet : on maintiendra cette enveloppe de 80 000 euros pour promouvoir une mobilité durable. Par exemple : sous forme de primes aux Guibertins qui achèteraient un vélo électrique ou pour développer d'autres lignes de bus.

Comment expliquer l'échec de ce Proxibus à Mont-Saint-Guibert ? Apparemment l'offre ne répondait tout simplement pas à la demande, selon le bourgmestre Philippe Evrard. "Ces trajets ne doivent peut-être pas correspondre à ce qui est attendu. On a évoqué les écoles mais il y a également Louvain-la-Neuve tout proche. Malheureusement, le Proxibus ne peut répondre à cette demande-là…"

Desservir les écoles comme celle des Hayeffes ou emmener les habitants vers la commune voisine à Louvain-la-Neuve... Deux services privilégiés par la population lors d'une enquête, mais auxquels ce Proxibus ne répondait pas.

Selon les responsables du TEC que nous avons contactés, ces Proxibus ne marchent que lorsqu'ils desservent correctement des points stratégiques, comme à Waterloo avec la gare.

Le service avait été lancé dans six communes brabançonnes en 2009. Mont-Saint-Guibert est la deuxième à l'arrêter après Braine-le-Château.

En province de Namur, trois communes sur les sept au départ ont jeté l'éponge et il reste des Proxibus à Hastière, Anhée, Profondeville et Gesves.

Bruno Schmitz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK