Le projet de liaison Seine-Escaut remis sur les rails

Il faudra élargir les arches du Pont des Trous pour permettre aux péniches à grand gabarit de passer sur l'Escaut
Il faudra élargir les arches du Pont des Trous pour permettre aux péniches à grand gabarit de passer sur l'Escaut - © Laurent Dupuis

Hier, le Ministre wallon des Travaux publics, Maxime Prévot, son homologue flamand, et le Secrétaire d'Etat français aux transports, Alain Vidalies, ont confirmé le dépôt d'un dossier de de demande de financement auprès de la Commission Européenne. Si elle donne son feu vert, l'Europe financera à 40% ce projet pharaonique, estimé à 5,5 milliards d'euros.

C'est un projet qu'on croyait envoyé aux oubliettes. Et pourtant, cette liaison fluviale, chaînon manquant entre le bassin de la Seine et celui de l'Escaut représente un enjeu énorme en termes écologiques et économiques: transférer 40% du fret vers la voie fluviale, 20% au moins en Wallonie. C'est la France qui paie la plus grosse part du gâteau. En Wallonie, le budget est estimé à 160 millions. Mais chacun des partenaires ne se mouillera qui si l'Europe consent à les aider, en leur allouant des subisdes. D'où l'importance de la demande déposée hier.

Si l'Europe donne son feu vert, c'est une énorme machine qui se mettra en marche. Pour relier les deux bassins, et éviter ainsi aux péniches d'effectuer d'énormes détours, il faudra creuser des canaux, en élargir d'autres pour permettre le passage de péniches à grand gabarit (4000 T). Chez nous, la phase la plus délicate sera la traversée de Tournai, car il faudra notamment élargir le pont des Trous. 28 millions d’euros seront consacrés à ce seul chantier. La demande de permis d’urbanisme devrait être déposée avant l’été.

Stéphanie Vandreck

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK