Le projet de construction d’une église à Etterbeek critiqué par certains riverains

Plan de la nouvelle église sainte Gertrude, place Van Meyel
3 images
Plan de la nouvelle église sainte Gertrude, place Van Meyel - © Etterbeek.be

Cela faisait 35 ans que ce n’était plus arrivé à Bruxelles : un projet de construction d’une nouvelle église est sur la table dans la commune d’Etterbeek. Il s’agit de la reconstruction de l’église Sainte-Gertrude totalement détruite en 1993 pour cause de mauvais état.

Située place Van Meyel, à quelques pas du rond-point Schuman, le bâtiment doit être reconstruit par la Fabrique d’église, propriétaire du terrain. Mais le projet ne fait pas l’unanimité parmi les riverains : une pétition locale a récolté près de 600 signatures contre cette église.

En commission de concertation ce mardi, partisans et opposants au projet ont relancé le débat. De son côté, la Fabrique d’église n’en démord pas. « On parle de reconstruction depuis la destruction de l’église Sainte-Gertrude en 93, martèle Baudouin Boonne, président de la Fabrique d’église. Il s’agit de terrain et de fonds privés, il n’y a pas un euro d’argent public dans ce projet. Même si d’autres églises sont fermées aujourd’hui, il est logique d’en construire de nouvelles, mieux adaptées à la société d’aujourd’hui. C’est-à-dire des églises à taille humaine, plus modernes et plus respectueuses de l’environnement. »

La construction – en briques jaunes et au toit plat - doit être trois fois plus petite que l’église d’origine, mais elle dérange tout de même certains riverains qui mettent principalement en avant des manquements urbanistiques et des questions esthétiques.

Empêcher la construction d’une église?

« Il n’y aura plus de lumière sur la place, ce sera monolithique. L’endroit n’est pas assez grand pour accueillir un monument pareil », explique Valérie Brasseur, une riveraine. Pour les défenseurs du projet, les arguments esthétiques ne sont qu’une excuse pour tenter d’empêcher à tout prix la construction d’une église. Valérie Brasseur s’en défend : « Je comprends que les paroissiens aient besoin d’un endroit pour se recueillir, mais pas un endroit comme ça ! »

Le terrain et les fonds étant privés, la commission de concertation, présidée par le bourgmestre MR Vincent de Wolf, ne peut se prononcer que sur les aspects urbanistiques et esthétiques de ce projet. « Nous allons tenir compte de ces arguments », a-t-il expliqué, avouant que lui-même était perturbé par une perspective visuelle de l’église dessinée dans les plans. L’avis sera rendu début du mois de juin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK