Le premier festival des Arts urbains se tiendra à Charleroi en juin prochain

Choisir les Arts urbains comme fil rouge d'un nouveau rendez-vous culturel, c'est opter pour ce que les autres ne font pas. Et ça marche: les professionnels du genre ont répondu du monde entier. "On a invité des artistes mexicains, américains, hollandais…, détaille Pierre-Olivier Rollin (directeur du BPS 22 et chef de projet Asphalte). Ils ont tous été sur Internet et ont vu que Charleroi avait été élue ville la plus moche du monde. Et quand ils sont venus, ils n’ont pas senti ça. Ils ont été très sensibilisés à l’idée de contribuer à un renouveau de la Ville, à son redéploiement."

Des artistes qui animeront des façades devenues au fil du temps ringardes avec leurs mosaïques, graffitis et autres expressions de l'Art urbain. Le Palais des Expos, la Tour des Finances, la Tour Inter Béton… le choix est vaste et les idées ne manquent pas. Et comme Asphalte mise aussi sur les régionaux : "On a l’école Notre-Dame qui a un grand projet pour baliser tout le parcours d’Art urbain, avec quatre classes qui vont travailler sur les bornes électriques avec des productions papier. On aura une vraie participation des citoyens."

Des citoyens appelés également à faire vivre ce festival en prenant part aux colloques et conférences abordant le développement de la Ville. Sociologues, urbanistes, économistes et citoyens pourront ainsi échanger leurs points de vue et leurs idées.

Sonia Boulanger

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK