Le Potemkine-Bar pourra-t-il installer sa méga terrasse cet été?

Le Potemkine avait installé une terrasse sur le parc de la Porte de Hal, sans autorisation.
Le Potemkine avait installé une terrasse sur le parc de la Porte de Hal, sans autorisation. - © Jean-François G.

L'an dernier, le Potemkine, ce café-ciné branché créé par Fréderic Nicolay, s'installait en terrasse dans le parc de la Porte de Hal. Mais, au bout de quelques jours, suite aux plaintes des riverains, la direction s’est vue obligée de tout démonter. Le Potemkine compte bien obtenir cette année une autorisation pour l'été qui arrive.

Redynamiser le parc de la Porte de Hal, sur ce fait, tout le monde semble d'accord. Que le Potemkine s’en charge à lui seul, c’est autre chose. Certains cafés du coin n'y voient cependant pas d'inconvénients. "Si cela nous dérange ? Non, pas du tout justement ! Cela fait de la concurrence, nous a répondu le gérant d’un café. La concurrence, c’est toujours positif. Cela sécurise aussi un peu le quartier parce que le monde est là. Et puis, les clients qui vont aller là-bas ne sont pas les mêmes qui viennent ici."

Maintenant, il y a la manière. Et là-dessus,  Yvan Roque (président du secteur Horeca Bruxelles) déplore l'absence d'appel à projets dans le cas qui nous occupe : "Dans certains cas, on fait tout un cinéma parce qu’il y a quelqu’un qui sort une petite table, et de l’autre côté vous avez quelqu’un qui fait une énorme terrasse comme ça et personne ne s’en inquiète… On doit certainement expliquer, informer et puis voire quels sont les investissements à réaliser. Il faut voir la chose sous l’angle de l’intérêt collectif aussi. Or, ici,  c’est surtout l’intérêt d’une personne dont il a été question…

Yvan Roque vise ici Fréderic Nicolay. Le célèbre créateur de tendances, connu pour avoir conçu d'autres "espaces Horeca" branché à Bruxelles, comme le Zebra ou le Belga. Fréderic Nicolay qui ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet.

De son coté, Bruxelles Environnement, gestionnaire du parc, reste très prudent et instaure ses conditions. "Tant au niveau du bruit, de la gestion des déchets, de la construction… il y a toute une série de conditions portant sur l’autorisation à donner par les communes et par les services de police."

A l'heure qu’il est, le projet n'a pas encore été avalisé par la Région bruxellois. Une réunion confrontant les "pour" et les "contre" est prévue ce vendredi après-midi.

Cyprien Houdmont

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK