Le point sur les campings après les inondations de la mi-juillet, en Province de Luxembourg

A La Roche-en-Ardenne, par exemple, les campings accueillent chaque été, entre 2.500 et 3.000 vacanciers. Cette année, les inondations de l’Ourthe et de ses affluents à la mi-juillet ont tout bouleversé. Aujourd’hui encore, les vacanciers hésitent à venir et les gérants de campings sont unanimes pour demander une meilleure communication.

On recense une vingtaine de campings sur la commune de La Roche-en-Ardenne et le bilan des dégâts des inondations recense pas moins de 70 caravanes emportées, auxquelles il faut ajouter une centaine d’autres endommagées. Voiries, ponts, tout le monde s’est activé pour que les campings puissent rouvrir pour la plupart début août, mais tous les gérants sont confrontés à une clientèle vraiment frileuse.

Les gérants de campings rochois se sont réunis récemment et ce qu’ils demandent, c’est avant tout une meilleure communication afin de faire revenir la clientèle, et que l’on puisse établir un mode d’emploi de ce qu’il faut faire. De son côté, le Bourgmestre de La Roche Guy Gilloteau réclame aussi une meilleure communication à tous les niveaux, notamment avec le barrage de Nisramont :

"Plus de dialogue avec la direction des barrages. L'année dernière l’eau était très basse, nous étions face à un problème de sécheresse, on ne pouvait plus se baigner ni pêcher. Que pouvons-nous dire nous qui sommes en première ligne, quand l’eau vient à manquer ? Et inversément quand l’eau est trop abondante, quelle mesure pouvons-nous prendre nous qui avons cette autorité, notamment sur la sécurité publique ? "

Enfin les gérants de campings estiment qu’il ne faut pas trop traîner pour entretenir tous les cours d’eau. Dans certains ruisseaux, alluvions, les barrages de castors font que le niveau de l’eau est proche de celui que l’on voit d’habitude en hiver.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK