Le photo-reporter français Gilles Caron mis à l'honneur à Charleroi

Photo extraite d'un reportage de Gilles Caron en Irlande du Nord
Photo extraite d'un reportage de Gilles Caron en Irlande du Nord - © Fondation Gilles Caron

Ce sont les clichés d’une légende du photo-reportage qui sont exposés au Musée de la Photographie de Charleroi. Le Français Gilles Caron a couvert les principaux conflits dans les années 1960 : guerre des six jours, Vietnam, Printemps de Prague, famine au Biafra, Irlande du Nord, etc. L'expo est intitulée "le conflit intérieur" et met en avant la réflexion de Gilles Caron sur la portée du témoignage photographique et sur le sens de l'image.

La photo de Daniel Cohn-Bendit défiant du regard un CRS casqué en mai 68 à Paris, c'était lui. Après des études de journalisme, Gilles Caron est mobilisé comme parachutiste pendant la guerre d'Algérie. Il achève son service militaire en refusant de combattre. Et il passe ensuite de l'autre côté de la barrière en devenant photographe de guerre. En 1967, il rejoint Raymond Depardon aux débuts de la célèbre agence Gamma. Loin des photos chocs, Gilles Caron préfère capter le regard vide d'un GI américain au Vietnam plutôt que le corps déchiqueté d'un soldat. En 1970, le reporter disparaît au Cambodge en pleine zone des Khmers rouges.

Son travail n’a pas été qu’un témoignage de conflits et de guerres. Il reflète aussi l'esprit des sixties à travers la mode, la jeunesse, la chanson ou le cinéma de la nouvelle vague avec, présentées à Charleroi, plusieurs photographies de plateaux de films réalisés par François Truffaut et Jean-Luc Godard.

L'exposition de Charleroi, intitulée "le conflit intérieur", met en avant la réflexion de Gilles Caron comme photojournaliste éloigné des images chocs. Vous y verrez peu de cadavres ou de sang dans ses photos de guerre.

"Gilles Caron, le conflit intérieur" : c’est à voir jusqu'au 18 mai au Musée de la Photographie localisé à Mont-sur-Marchienne, à deux pas de Charleroi.

Eric Dagonnier, Daniel Barbieux

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK