Le Petit Château en transformation, il va devenir un centre d'arrivée

Le Petit Château en transformation, il va devenir un centre d'arrivée
2 images
Le Petit Château en transformation, il va devenir un centre d'arrivée - © visitbrussels

Le Petit Château est actuellement en pleine transformation. Ce centre ouvert d'accueil va devenir à partir du mois de décembre un centre d'arrivée. Un point d'entrée unique pour les demandeurs d'asile en Belgique. Mais qu'est-ce que cela signifie exactement?

Rassembler sur un seul site tous les acteurs concernés 
Des bruits de foreuse au rez de chaussée, des barrières qui bloquent certains accès. Les travaux sont en cours au Petit Château pour le transformer en un centre d'arrivée. L'idée, c'est "d'avoir sur un même site tous les acteurs qui interviennent dans l'arrivée des demandeurs de protection internationale", explique la directrice du Petit Château Isabelle Plumat. A côté du volet accueil qu'assure le Petit Château, va venir s'installer la cellule enregistrement de l'Office des étrangers, celle qui prend les empreintes, qui vérifie les identités. Mais aussi le dispatching de Fedasil, qui désigne une place d'accueil aux demandeurs d'asile et qui se charge aussi du screening médical (tests de tuberculose, vaccination) et screening social. Il faut donc faire de place pour les nouveaux venus.

Faciliter la communication et prendre plus de temps 

Ce projet veut faciliter la communication, selon Isabelle Plumat, "puisque l'on sera tous au même endroit, mais cela nous permettra aussi d'avoir un peu plus de temps pour le premier contact. C'est important de mettre plus d'énergie et de temps dès le début, cela crée une confiance et cela permet d'être plus efficient sur la suite du processus".

Prendre le temps, parce qu'aujourd'hui, cela se passe au WTC 2, près de la Gare du Nord et ce travail d'enregistrement et de dispatching est condensé en quelques heures: "Aujourd'hui, les portes ferment à 17 heures et tout le monde doit avoir reçu une place d'accueil partout dans le réseau et donc il y a peu de temps pour vérifier les besoins, explique Isabelle Plumat. Par exemple, si une personne arrive et que sa famille est déjà accueillie ailleurs dans un autre centre, on n'a pas forcément le temps de pouvoir lui désigner ce centre en question". 

Un centre inspiré du modèle norvégien  

Au centre d'arrivée, les personnes seront accueillies de 2 à 6 jours, voire plus si besoin. "Ils pourront poser calmement leurs valises". Le temps donc de réfléchir à la meilleure solution d'accueil et de les informer de ce qui va se passer. Après la crise de 2015, Fedasil s'est inspiré d'un modèle qui existe ailleurs en Europe, en Norvège ou encore en Autriche. La transition vers cette nouvelle mission du Petit Château devrait se passer en douceur. Les habitants actuels vont poursuivre leurs procédures et quitter le centre. Dès le mois de décembre (s'il n'y a pas de retard), les personnes qui voudront demander l'asile en Belgique seront aiguillées vers le Petit Château. 

Il s'agit ici d'une solution temporaire. Le projet du gouvernement fédéral, c'est d'installer ce centre d'arrivée dans une aile de l'Hôpital militaire de Neder-Over-Hembeek. Pour l'instant, la ville de Bruxelles s'y oppose. La balle est dans le camp de la région bruxelloise qui doit se prononcer sur la délivrance du permis. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK