Le personnel de Nivelles Logistics ne fera plus d'heures supplémentaires: souci d'approvisionnment dans les Carrefour?

Va-t-on vers un souci d’approvisionnement de certains produits dans la grande distribution ? Le risque est mis en avant par les travailleurs de Nivelles Logistics en Brabant Wallon. Nivelles Logistics, sous-traitant de l’enseigne Carrefour, site de stockage et de distribution de marchandises, qui approvisionne les magasins du groupe. Mais en pleine crise du Coronavirus, les salariés nivellois sont mécontents. Pourquoi ?

Eux qui entassent les colis sur des palettes, empilent aussi les heures supplémentaires depuis le début du confinement. Les magasins ont été pris d’assaut, les rayons vidés par les clients. Nos grandes surfaces ont recommandé beaucoup de marchandises. Et le personnel de Nivelles Logistics trime. Sans voir l’ombre d’une compensation ou prime.

"On a suivi la demande grâce aux heures supplémentaires mais nous sommes allés au-delà de ce qui est autorisé," explique Didier Lebbe, permanent syndical CNE. "Maintenant c’est STOP, finies les heures supplémentaires. Nous voulons dire à Carrefour que nous voulons être récompensés pour le travail fourni depuis trois semaines et pour le travail qui va devoir être accompli pour le reste de la période de confinement. Le personnel est épuisé et ne comprend pas pourquoi il n’est pas récompensé pour ses efforts."

Pénurie en vue dans certains rayons ?

Nivelles Logisitics gère l’approvisionnement des marchandises des rayons frais de tous les magasins Carrefour du pays et les rayons "épicerie" de ceux qui se situent à Bruxelles et en Wallonie. Le personnel annonce aujourd’hui que, sans prester des heures supplémentaires, il va peut-être devoir faire des choix.

"Si on ne peut pas traiter toutes les commandes, on mettra la priorité sur les colis avec les produits de première nécessité."

Une délégation syndicale a été reçue par la direction Nivelles Logistics ce lundi matin. Il n'y a pas eu d'avancée notable. Les deux parties se reverront ce vendredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK