Le pénis de Saint-Gilles sera retiré, la "pénétration" de Bruxelles sera conservée

La pénétration de la rue des Poissonniers.
2 images
La pénétration de la rue des Poissonniers. - © Aurore Peignois RTBF

Rebondissement attendu, à Saint-Gilles, après l'apparition d'une fresque géante illustrant un pénis au repos, avenue du Parc, à hauteur de la Barrière. Le collège des bourgmestres et échevins s'est penché sur la question ce jeudi matin. Conclusion: "Il a été décidé de le faire retirer à moyen terme".

"Les services communaux analysent actuellement la faisabilité technique d’une telle opération", ajoute le cabinet du bourgmestre Charles Picqué (PS) dans un communiqué. "Le Collège souhaite que le nettoyage soit effectué dans les prochaines semaines. Par ailleurs, le mur en question étant propice à l’installation d’une œuvre d’art urbain, le Collège étudie la possibilité de faire appel à un ou des artistes pour installer une œuvre d’art. Il est évident que toutes les démarches seront entreprises (obtention de l’accord du propriétaire et d’un permis d’urbanisme) pour respecter la légalité et que les habitants du quartier seront consultés sur le choix de l’œuvre retenue." Cette solution était un souhait du propriétaire, interrogé ce mercredi par la RTBF.

"Il reste donc quelques semaines à celles et ceux qui souhaiteraient admirer ce clin d’oeil original, à vocation éphémère, d’un artiste anonyme qui a retenu l’attention des médias et mis Saint-Gilles au centre de l'actualité", ironise cette fois la commune.

"Une expression comme une autre"

Quant à la fresque illustrant une pénétration rue des Poissonniers dans le centre-ville, une décision tout autre a été prise par le collège bruxellois. Celui-ci s'est également réuni ce jeudi. Karine Lalieux (PS), échevine de la Culture et de la Propreté l'annonce sur Twitter: "Le collège a décidé de ne pas effacer la fresque rue des Poissonniers." Les motivations? "C'est une expression comme une autre. Elle a été faite sans l'autorisation du propriétaire, qui a la liberté de repeindre son mur. Notre politique à la Ville est depuis des années de nettoyer gratuitement les tags sur les façades. Ici, elle est en hauteur. C'est une fresque. D'initiative, la Ville ne l'effacera pas", a précisé l'échevine à l'agence Belga.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK