Bruxelles: le magasin Pêle-Mêle bientôt transformé et sur deux étages (photos)

Le rez-de-chaussée totalement transformé, avec le puits de lumière.
4 images
Le rez-de-chaussée totalement transformé, avec le puits de lumière. - © Mood Architecte

L'enquête publique est terminée, la concertation a lieu et un avis favorable (moyennant conditions mineures) a été prononcé quant à la demande de permis. Le magasin Pêle-Mêle, institution du boulevard Maurice Lemonnier va pouvoir lancer sa grande transformation. Objectif à la fin du chantier: passer de 450 mètres carrés de superficies accessibles aux clients à 950 mètres carrés. Le magasin proposera donc plus de livres de seconde main à la vente. La vente de bouquins lus et relus, c'est le credo de Pêle-Mêle depuis 1939 quand le commerce était encore rue de l'Escalier.

100 000 livres

Le Pêle-Mêle présente simultanément 100 000 livres dans ses rayons à un prix jusqu'à 10 fois moins cher qu'un exemplaire neuf. Pêle-Mêle, ce sont aussi des CDs, des vinyles, des jouets... Sans oublier la partie des livres scolaires, assaillie lors de chaque rentrée où les dictionnaires, Bescherelle et autres Grevisse s'arrachent. Reste qu'en terme de présentation, le Pêle-Mêle ne parvient toujours pas optimaliser son espace. La circulation des clients est parfois compliquée. Idem pour la quinzaine de travailleurs. Il faut dire que Pêle-Mêle, ce sont plusieurs bâtiments (boulevard Lemonnier, rue de Soignies, rues des Vierges) qui communiquent en intérieur d'îlot.

"Régulièrement, nous réfléchissons à des projets d'aménagement de nos surfaces de vente. Car actuellement, Pêle-Mêle, c'est un casse-tête", admet Etienne Oppitz, l'un des gérants. "En l'espace de cinq ans, nous avons déjà couché quatre ou cinq projets de transformation sérieux. Mais sans jamais introduire de demande de permis", poursuit Bernard Emegenbirn, gérant également, qui réaffirme le souhait de Pêle-Mêle de rester au centre-ville.

Trois puits de lumière naturelle

Cette fois, c'est la bonne. "Ce que nous proposons est le plus important projet jamais imaginé", affirme Etienne Oppitz. Quasiment tous les espaces seront rationalisés. L'entrée de droite sera supprimée. Après la nouvelle entrée, suivra un large couloir avec les consignes et sur la droite, le desk pour le rachat des livres et les caisses. Ensuite, place à des rayons plus aérés et éclairés par la lumière du jour. "Comme nos rayons sont actuellement au fond de grandes pièces, l'éclairage était artificiel. Nous voulons changer cela." L'architecte Bruno Van Isacker (Mood Architecte) a donc décidé de créer trois puits de lumières au sommet desquels trônent des verrières. "La circulation dans le magasin s'articulera autour de ces trois puits", détaille l'architecte. "Sans oublier la création d'un deuxième étage, ce qui permettra le doublement de la surface de vente. L'idée est d'avoir deux grands plateaux, au rez et au premier."

Le futur aménagement des lieux permettra donc de gagner également de zones de stockage perdu. "Comme nous aurons moins d'espaces pour stocker, il y aura plus de livres à présenter", avance encore Etienne Oppitz. "J'ai l'habitude de dire que nous gérons l'inattendu. Nous sommes dépendants de ce qu'on nous apporte comme livres. Il arrive donc que nous ayons parfois des arrivages plus importants et d'autres jours, moins volumineux. Nous devons jongler avec ces paramètres pour pouvoir contenter le plus de monde."

Lancement du chantier envisagé pour 2018

Mais attention, le Pêle-Mêle n'entend pas perdre son âme après cette importante rénovation. La modernisation est en marche mais, par exemple, le mobilier (comme les livres) sera du recyclé. Restent maintenant la concrétisation du projet et son financement. La SPRL Pêle-Mêle y travaille. "Au mieux, nous envisageons un lancement du chantier pour le début 2018", indiquent l'architecte et les gérants. Le défi sera de réaliser les travaux tout en maintenant le magasin ouvert. "Un phasage sera nécessaire", explique M. Oppitz.

Il faudra aussi intégrer le chantier du piétonnier du centre-ville et le contexte post-attentats. "Nous avons connu une baisse de la fréquentation comme d'autres commerces. Mais le quartier Anneessens-Fontainas-Lemonnier a un véritable potentiel", estime M. Oppitz. 

Rappelons que Pêle-Mêle compte trois points de vente: l'historique au boulevard Lemonnier, un à Ixelles et un dernier à Waterloo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK