Le parti Vega a présenté sa liste de candidats pour le parlement wallon

Salvador Alonso Merino (à droite) et Maguerite Cloes
Salvador Alonso Merino (à droite) et Maguerite Cloes - © Vega

Il y a décidément embouteillage, à la gauche de la gauche. Après le PTB, après le MG, c'est le mouvement Vega qui se présente aux suffrages des Liégeois, pour le scrutin régional. Une liste "renforcée" par quelques vieille gloires de l'écologie politique, comme l'ancien échevin Théo Bruyère, ou l'ex-conseiller provincial Fabrice Lantair.

Le mouvement Vega est issu de la coopérative Vega, un groupe qui a obtenu un élu, à Liège, au dernier scrutin communal. Son sigle, jusqu'ici peu connu en dehors de la cité ardente, signifie "verts de gauche". Il a reçu, récemment, l'appui de l'ancien député Vincent Decroly, qui emmène d'ailleurs la liste Vega pour le parlement européen.

Il se présente comme une utopie sérieuse, une rupture réaliste avec la société consumériste. Comme d'autres partis, il préconise les circuits courts dans la gestion de l'approvisionnement alimentaire. Son programme met l'accent sur le droit au logement: il propose de financer la construction d'habitations sociales, ou publiques, notamment par l'intermédiaire de la Caisse Wallonne d'Investissement, un organisme supposé mobiliser l'épargne utile.

Cette petite formation affiche l'ambition de décrocher un premier siège. Elle présente un profil plutôt intellectuel: ses candidats sont souvent bardés de diplômes universitaires. La tête de liste est occupée par un juriste-plaideur pour le compte d'un syndicat, Salvador Alonso Merino. La seconde place revient à Marguerite Cloes, jusqu'ici attachée parlementaire du député Bernard Wesphael, et, à ce titre, cofondatrice du Mouvement de Gauche, mouvement dont elle a claqué la porte avec fracas, et qu'elle qualifie désormais d'opportuniste.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK