Le Parquet général demande la levée de l'immunité parlementaire d'Alain Mathot

Le Parquet demande le renvoi d'Alain Mathot en correctionnel mais avant cela il faut lever son immunité de député. Alain Mathot conteste toujours les faits.

Dans cette affaire, Alain Mathot est soupçonné d'avoir reçu 722 000 euros de manière frauduleuse: de l'argent destiné à faciliter l'attribution du marché de la construction de l'incinérateur d'Intradel.

Inauguré en 2009, l'incinérateur avait coûté 200 millions d'euros. La justice piste 13 millions d'euros de commissions occultes à des intermédiaires dont des politiques. Dans ce dossier, Alain Mathot n'est pas le seul cité: y figurent aussi l'ancien directeur d'Intradel Roger Croughs, l'homme d'affaires Léon-François Deferm et le directeur de la firme Innova qui a construit l'incinérateur. Alain Mathot a toujours nié les faits qui lui sont reprochés. Il a régulièrement dénoncé l'enquête en cours depuis huit ans.

Dans un communiqué, Alain Mathot a d'ailleurs réagi. Il dénonce "les fuites innombrables et partiales qui n'ont fait que s'amplifier de manière caricaturale au fil de l'instruction. Ce qui traduit pour lui "une partialité évidente à son égard". Il évoque "l'attitude plus qu'ambigüe du juge d'instruction".

Sa demande de levée d'immunité parlementaire sera examinée en commission des poursuites de la Chambre, peut-être la semaine prochaine. Alain Mathot se dit "soulagé de pouvoir après ces huit longues années s'expliquer devant ses collègues sur ce qui lui est reproché et qu'il conteste toujours avec force".

Françoise Dubois

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK