La Maison d'Histoire européenne sera hébergée dans un parc Léopold rénové

La Maison d'Histoire européenne sera hébergée dans un parc Léopold rénové
4 images
La Maison d'Histoire européenne sera hébergée dans un parc Léopold rénové - © Tous droits réservés

Le parc Léopold est enclavé dans le quartier européen, le long de la rue Belliard. Méconnu, il tombe en désuétude avec des accès qui ne sont ni aisés, ni engageants. Pourtant, ces six hectares parsemés de grandes pelouses et d’arbres remarquables sont un véritable oasis de calme au pied du Parlement européen.

Prochainement, la maison de l’Histoire européenne y ouvrira ses portes. Il faut donc rendre à ce lieu toutes ses lettres de noblesses en offrant des accès confortables aux futurs visiteurs et badauds. Il bénéficiera bientôt d’une meilleure visibilité une fois que Beliris aura terminé de réaménager deux accès.

Un riche passé historique

Ce joli parc à l’anglaise niché dans l’ancienne vallée du Maelbeek est le témoin d’une histoire architecturale et scientifique assez riche, malheureusement mal connue du public. Le parc Léopold a failli devenir le site de l’ULB mais, faute d’espace, le projet n’a pas abouti. D’autres institutions y ont alors trouvé "asile" comme le lycée Emile Jacqmain, l’institut dentaire Eastman, le Mundaneum.

Cet écrin de verdure s’est développé sur ce qui fût au Moyen-Age le domaine d’Eggevoort. Témoin de cette époque, la tour du même nom s’y érige toujours. Stéphanie Empain est chargée du réaménagement d'une partie du parc. Elle précise que "cette tour est un vestige datant du XVème siècle. C’est le local des jardiniers de la ville. Dans un futur projet, nous la allons rendre plus accessible et plus visible".

Racheté ensuite par la famille Dubois de Bianco, le parc devient un vaste domaine d’une dizaine d’hectares. Dès l’indépendance de la Belgique, Bruxelles a besoin de s’étendre pour répondre d’une part à un souci démographique et, d’autre part, aux aspirations de la nouvelle bourgeoisie en matière d’espaces verts.

En 1851, la famille Dubois de Bianco cède cette propriété à la Société royale de Zoologie, d’Horticulture et d’Agrément pour en faire un jardin zoologique. Une gestion hasardeuse du domaine provoquera sa vente et le rachat par la Ville de Bruxelles en 1877.

Au XIXème siècle, le parc devient un jardin zoologique. C’est à l’occasion des fêtes du Cinquantenaire de la Belgique que le jardin devient officiellement le parc Léopold.

Entre 1892 et 1914, le parc acquiert une vocation à caractère plus scientifique avec l’arrivée des Instituts de Physiologie, d’Hygiène, d’Anatomie, de Sociologie et d'une école de commerce.

Aujourd'hui l'Institut d'Hygiène devenu bâtiment Eastman est en plein travaux. Stéphanie Empain raconte que cette bâtisse "a été transformée un 1935 en institut dentaire par Monsieur Eastman pour les enfants défavorisés. Ensuite, il est tombé en désuétude. En 2008, le Parlement a signé un bail emphytéotique avec la ville de Bruxelles pour leur projet de musée de l’histoire européenne ".

Le parc Léopold, ses grilles et ses aubettes sont classés depuis 1976. Ce qui lui a sans doute permis de résister à la pression immobilière due à la proximité du quartier européen.

Un parc en plein lifting

Le réaménagement du parc se décline en plusieurs axes. Pour commencer, il faut inciter les visiteurs à réinvestir le parc en créant un espace de qualité. Il sera donc nécessaire de gérer l’afflux du public et réglementer les problèmes liés au parking sauvage. Tout cela nécessite évidemment la création d’un espace de qualité.

Stéphanie Empain, l’ingénieur, chef de projet chez Beliris, insiste sur le fait qu’il faille rendre "le parc plus accessible et lui donner un aspect plus convivial, surtout du côté Wiertz qui est un peu abandonné. Il faut créer un ensemble dont tout le monde puisse profiter. Les visiteurs seront amenés à accéder au parc par le côté parlement. Ça va leur permettre une meilleure visibilité, une meilleure accessibilité".

Deux entrées du parc Léopold sont à cet effet réaménagées : l’entrée via la rue Wiertz au pied du parlement européen et l’entrée à l’arrière de l’ancien Institut Eastman.

Côté Wiertz, les sentiers seront réorganisés sur base du tracé existant. Après un bon élagage, de nouvelles plantations vont réinvestir l’espace. Les visiteurs profiteront ainsi d’une vue plus arborée au sein du parc. Des statues d’autruches vont également élire domicile à cet endroit car il s’agit précisément de l’emplacement de l’enclos des autruches, au 19ème siècle. Ce qui permettra de faire un clin d’œil au passé historique du lieu lorsqu’il fût un parc zoologique.

Côté Eastman - rue Belliard, le réaménagement vise plus particulièrement le parking sauvage et une accessibilité plus aisée pour les piétons. Cette revalorisation impliquera la fermeture d’une bande de circulation sur la rue Belliard, entre la rue du Remorqueur et l’entrée du parc, durant un mois. Ceci a fait l’objet d’une coordination avec la Région de Bruxelles-Capitale qui supervise l’impact sur la circulation des différents chantiers de la zone.

La Maison de l’Histoire européenne

L’institut Eastman accueillera ensuite La maison de l’Histoire européenne. C’est une initiative du Parlement européen. Le projet prévoit la rénovation des façades, en conservant l'aspect historique du bâtiment, ainsi qu'une extension moderne dans la cour et sur le toit. Sa mission sera de "contribuer à la compréhension de l'histoire européenne, resituée dans un contexte international plus large, et d'enrichir le débat sur l'évolution de l'Europe et sur le processus d'intégration". A termes, elle devrait permettre aux citoyens de découvrir le parcours historique de l’Europe.

Ces travaux sont réalisés pour un montant de 630 000 euros à charge de Beliris. L'ouverture de la maison de l'Histoire européenne est prévue au printemps 2016. D'ici là, les deux entrées du parc seront réaménagées.

Le parc Léopold devrait ainsi se montrer plus attractif, pour le public du musée et pour tous les Bruxellois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK