Le pappy-sitting, une alternative aux maisons de repos

Bernissart est une des communes, avec Frasnes et Leuze, où le service est déjà bien développé. Dès le mois de septembre, l'intercommunale IMSTAM va également le mettre en place sur Tournai.

La demande est grandissante en raison de plusieurs facteurs, comme l'explique le président de l’intercommunale, Sébastien Delaunoit : ''Les durées d’hospitalisation sont de plus en plus courtes ; les places dans les maisons de repos sont quand même relativement rares, surtout dans certaines régions… Et, au-delà de cela, il faut quand même le dire : certaines personnes tiennent à leur domicile, à leur région, à leurs amis (…) Apporter un service supplémentaire qui permette un maintien à domicile, en tant qu’intercommunale médico-sociale, on se devait de réfléchir à cet aspect-là des choses.''

Le système, porté au quotidien par des bénévoles, est précieux. La personne présente ne s’occupe pas de faire le ménage ni de donner des soins, elle vient juste tenir compagnie.

C’est le cas de Véronique Bernard. Cette jeune femme vient, tous les après-midis, parler à Léonard, 92 ans. ''Entre nous, cela se passe bien. On n’a jamais d’ennuis. Il me raconte sa vie, le métier qu’il faisait. Il me taquine beaucoup aussi. Il m’arrive de ne pas être d’accord avec lui mais ce n’est pas grave. C’est tout de même très enrichissant.''

Une présence utile, pour rassurer, pour aussi donner l'alerte en cas de problème. A Bernissart, il y a une courte liste d'attente. Mais pour l'instant, le service communal Berni-Senior, ne peut répondre à toutes les demandes, faute de bénévoles. David Marinelli, responsable du service, nous explique : ''On ne met pas n’importe qui non plus. On a certains critères de sélection afin de prendre la personne la plus adaptée. Il faut que cette personne apprécie la compagnie des séniors.''

En soi, le pappy-sitting n'est pas encore devenu phénomène courant dans nos communes mais il fait des émules. Il reste une alternative tout à fait crédible au placement en maison de repos.

Stéphanie Vandreck, Xavier Van Oppens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK