Le non-marchand bruxellois maintient sa manifestation

Le secteur non marchand bruxellois réclame depuis plusieurs années un refinancement du secteur (image d'archive)
Le secteur non marchand bruxellois réclame depuis plusieurs années un refinancement du secteur (image d'archive) - © DIRK WAEM - BELGA

Les 11 millions promis au secteur par Rudi Vervoort (ministre-président de la Région Bruxelles-Capitale) et Fadila Laanan (à la tête du collège de la cocof) n'auront pas empêché, ce matin, les travailleurs du non marchand bruxellois de mener leur action prévue devant le parlement bruxellois. Une centaine de délégués et militants syndicaux ont distribué des cacahuètes aux passants, au nom des 30.000 travailleurs des maisons de repos, plannings familiaux, maisons de naissances, services d'alphabétisation ou de l'aide aux personnes handicapées (pour n'en citer que quelques uns). "Nous voulons plus que des cacahuètes",  explique Nathalie Snakkers pour la CNE, nous sommes ici parce que le 16 octobre dernier a été annulée une réunion au cours de laquelle nous aurions dû enfin connaître le budget pour un accord non marchand".

Un refinancement structurel

Lundi, à la veille de cette manifestation, les deux cabinets ministériels ont fait savoir par communiqué qu'ils dégageaient un budget de 11 millions d'euros. "Nous n'avons reçu aucun détail, pas même de rendez-vous pour commencer à discuter, poursuit Nathalie Snakkers. La première question que je me pose est celle-ci: s'agit-il d'un one shot ou d'un budget structurel?" Renseignements pris, "il s'agit bien d'une mesure structurelle", assure-t-on au cabinet de Fadila Laanan.

Depuis plusieurs années, les travailleurs du non marchand bruxellois réclament une augmentation du pouvoir d'achat, une amélioration des conditions de travail, ainsi qu'une meilleure conciliation vie privée/vie professionnelle, à travers une réduction du temps de travail via l'octroi de jours de congé supplémentaires). 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK